Marché Plus : il a tout d'un grand

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

· Urbain, pratique et pas cher, le concept Marché Plus des Comptoirs modernes est, sur 300 m2, un véritable petit supermarché modèle réduit.

Proximité n'implique pas automatiquement cherté. Si le succès de Marché Plus s'explique notamment par ses nombreux services, il repose d'abord sur ses prix bien placés. Le B.A.-Ba dans la distribution. Conséquence : nombreux sont les consommateurs qui les fréquentent quotidiennement et non seulement pour se dépanner. Ce concept urbain de proximité, d'une surface moyenne de 300 m2, a été créé en 1990 par les Comptoirs modernes. « Nos prix sont comparables à ceux des supermarchés de centre-ville, voire même, pour certains produits, à ceux des hypermarchés », explique François Leport, directeur de branche aux CMEN (Comptoirs modernes-Economique de Normandie). « " Vous avez de bons prix. " Cette réflexion revient souvent dans la bouche de nos clients, tous habitués à la grande distribution », remarque Jean-Pierre Manson, franchisé Marché Plus à Angers.

Prix compétitifs et qualité

Les prix se situent « dans le marché » et l'enseigne ne développe aucune stratégie promotionnelle. Elle préfère la politique des « prix bas toute l'année ». Une performance qui s'explique par la puissance d'achat du groupe Comptoirs modernes (Stoc, Comod, Marché Plus) et de Cometca (Carrefour).

L'assortiment, environ 3 000 références, veut répondre à la totalité des besoins alimentaires et à quelques besoins complémentaires dans le non-alimentaire. Chaque fois que possible, trois gammes de prix sont proposées dans les familles courantes : un premier prix, la marque Stoc (également chez Comod) et une ou plusieurs marques nationales. Les assortiments sont régulièrement adaptés, famille par famille, en fonction des rotations. Comme il est de règle dans la proximité, les produits frais occupent une place importante, « avec des prix aussi bons voire meilleurs que ceux de Carrefour et Géant », assure le franchisé d'Angers. Le frais représente 50% de son CA. A l'exception du poisson, on y trouve presque tout, uniquement en LS.

« Beaucoup de clients souhaiteraient une boucherie traditionnelle », fait remarquer Jean-Pierre Manson. « Le problème est difficile à résoudre sur 300 m2 », répond François Leport. Pour le pain (600 par jour à Angers), la viennoiserie et la pâtisserie, des accords sont passés avec un ou plusieurs artisans locaux, afin de proposer des produits de qualité.

Des horaires adaptés à la vie des citadins

Des prix compétitifs, des produits de qualité Le succès de Marché Plus repose aussi sur le service. Parmi les points forts de l'enseigne - « c'est même notre meilleur service clients », insiste le franchisé d'Angers -, les horaires adaptés à la vie des citadins. Le magasin est ouvert de 7 à 21 heures sans interruption en semaine et le dimanche matin de 9 à 13 heures. Les pointes de fréquentation se situent en général entre 10 heures et 12 h 30 le matin et 15 à 19 heures l'après-midi : « Entre 19 et 21 heures, nous réalisons encore 8 à 10% du CA », précise Jean-Pierre Manson. Disponibles et accueillants, son épouse Josette et lui connaissent personnellement la plupart des clients.

Le pain frais dès 7 heures compte parmi les autres services, aussi diversifiés qu'utiles. Le rayon presse (7 mètres) est un bon atout. La livraison à domicile est proposée à partir de 300 F d'achats, pour une participation symbolique de 15 F. Quelque 200 cassettes vidéo sont en location. On trouve aussi sandwiches et boissons fraîches, timbres, cartes de téléphone et tickets de bus, parfois un distributeur de billets. Le magasin propose un point développement de photos et un dépôt de pressing. « La concurrence n'est pas un obstacle, souligne François Leport. Même avec un artisan dans le quartier, le service pressing fonctionne bien. »

Avec une moyenne de 1 000 clients par jour et un CA de 1 million de francs par mois, Jean-Pierre Manson est un franchisé bien dans son quartier et dans son magasin. Comme les autres Marché Plus, il fonctionne sans publicité. « Rien ne remplace le bouche à oreille », déclare-t-il.

Le magasin a ouvert en septembre 1995. Sur les trois derniers mois de 1996, comparables à 1995, la progression a atteint 30%. Le franchisé reste prudent pour 1997, ne prévoyant qu'un « petit » 15% ! On compte 36 Marché Plus (dont 10 intégrés), mais leur nombre devrait atteindre une cinquantaine d'ici à la fin de l'année. L'expansion, qui se poursuivra surtout par la franchise, ne devrait pas poser de problème, la surface idéale étant, c'est un pur hasard, de 300 m2.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1529

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA