Marchés

Marketing : le pouvoir des mascottes

|
Vache qui rit
Vache qui rit © DR

Le pouvoir de La Vache qui rit et consoeurs ne fait plus aucun doute. Selon une étude Junior City, non seulement la notoriété des mascottes est élevée auprès des enfants comme des mamans, mais elles influencent aussi les achats pour 48% d'entre elles, soit pour faire plaisir à leur bambin qui reconnaît la mascotte, soit parce qu'il lui demande expressément le produit en question. « Ce sont des vecteurs d'indentification du produit et de connexion émotionnelle très efficaces. Ils font partie de l'identité des marques », confirme Junior City. Les plus petits (1-3 ans) plébiscitent les mascottes « mignonnes » : l'ourson Bel de Nestlé, Lulu l'ourson et les Trois Chatons qui font partie de leur top 5. Les plus grands (3-6 ans) étant davantage sensibles à l'humour, d'où le large consensus remporté par La Vache qui rit, mascotte la plus connue, suivie de la boîte Happy Meal ou de Pops de Miel Pops. « Comme leur préférence dépend beaucoup de leur appréciation du produit, Kinder Surprise est également bien noté », conclut l'étude.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine les actualités du marketing et de la communication online et offline des marques et des distributeurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA