Media Jardin s'ouvre aux nouvelles technologies

· Pour développer les communications entre les chaînes de jardinerie et leurs fournisseurs, le catalogue électronique Media Jardin s'étoffe et se tourne vers l'Edi · Objectif : en faire un outil de référence qui sera bientôt accessible sur un système Intranet

Jean-Paul Demaugé, directeur de Semaphor et président du Club des Enseignes, est catégorique : « L'ensemble de la profession doit utiliser l'outil Media Jardin. » Il est vrai que ce catalogue électronique, lancé en 1992 par la Sodema, une société de services, n'a pas connu immédiatement le succès escompté. C'est pourquoi en 1995, le Club des Enseignes (Apex, Gamm Vert, Jardiland, Semaphor, Système V, Truffaut et des centrales de jardineries et de Lisa) a repris l'animation de ce service à son compte. Résultat : Media Jardin est cogéré paritairement par les fournisseurs et les distributeurs au sein d'Image Action, une association spécialement créée pour l'occasion.

Pour commencer, le Club des Enseignes a décidé que Media Jardin devait être ouvert au plus grand nombre. D'autres chaînes de jardinerie poussent donc la porte comme Botanic ou Delbard. Du côté des GSB, Domaxel a rejoint l'association. Leroy Merlin semble très intéressé et l'alimentaire n'est pas en reste avec l'arrivée prochaine de la CIM (centrale de Continent) et de Système U.

Des collections encore difficiles à bâtir

Il est vrai que l'émergence des technologies liées à Internet accroît sensiblement l'intérêt des catalogues électroniques. Elles permettront de pérenniser l'outil. « Réservé pour le moment aux acheteurs des centrales et aux fournisseurs, Media Jardin pourrait rapidement descendre dans les magasins pour l'information et la formation des directeurs, chefs de rayon et vendeurs ». Des filtres seront installés selon la politique de chaque enseigne. A terme, il pourrait servir à l'information du consommateur dans le magasin par extraction de certaines informations. Sans oublier la consultation en ligne, depuis le domicile

Jusqu'à maintenant, ce serveur a peiné à trouver ses marques faute d'une offre suffisamment complète. « Nous avons du mal à bâtir une collection uniquement avec Media Jardin, regrette un acheteur. Les nouveautés viennent trop tardivement et trop de familles de produits ne sont pas complètes. » « A nous de faire pression pour attirer les irréductibles, rétorque Philippe Jaouen, responsable des achats d'Apex. Media Jardin nous permet d'avoir accès rapidement et facilement aux informations concernant les produits mais aussi l'entreprise, les hommes et les outils de production. » « La possibilité de visualiser le produit tout en ayant les informations le concernant facilite le dialogue avec les fournisseurs, ajoute Roland Motte, ancien acheteur devenu consultant. Terminées les pertes de temps à rechercher les catalogues papier dans une armoire ! » Même son de cloche du côté de Tripode-Jardiland. « Outre le dialogue direct avec les fournisseurs, ce service nous facilite la tâche pour réaliser des documents internes destinés au réseau, explique Alain Jolliet, directeur des achats. Les acheteurs récupèrent les images directement sur leur serveur. Quant aux plans merchandising, ils sont plus clairs. »

Un format standard de présentation

L'image est en effet le point fort de Media Jardin. « Si l'image est un rêve, il faut la rationaliser pour éviter d'avoir à refaire des prises de vue pour chaque utilisation », insiste Jacques Véron, directeur de Sodema. A la demande de Media Jardin et de Leroy Merlin, un groupe de travail s'est mis en place au sein de Gencod Ean France pour définir un format standard de présentation et d'identification. Une normalisation indispensable pour accompagner les échanges électroniques de documents.

L'ouverture sur Internet s'accompagne de la mise en place des échanges de données informatiques. Pour Thierry Legrand, responsable du marketing de Gardena, « le recours à un standard de communication autour de l'image et de l'EDI est un réel atout pour le marché. Sans oublier que plus les opérateurs seront nombreux sur le système, moins les coûts seront élevés. »

A terme, ils sont nombreux à espérer que Media Jardin finisse par s'imposer, tout comme Gencod EAN France s'est imposé au début des années 80. A charge pour le bureau d'Image Action, présidé par Raymond Panier, un industriel, de travailler dans la transparence pour imposer ce nouveau standard et pour définir ses évolutions techniques et commerciales. Un développement qui passe par l'adhésion de nouveaux fournisseurs. « Ceux qui ne seront pas sur le serveur ont peu de chances d'être référencés ! », glisse Jean-Paul Demaugé. A bon entendeur
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1586

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message