Menaces sur l'emploi dans la grande distribution

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Aucune confirmation pour l'instant, mais, après Saturn, 3 Suisses et la Fnac, les syndicats craignent un vaste plan social chez Carrefour et dans la distribution alimentaire. En période de crise, la main-d'oeuvre sert d'ajustement.

Les plans sociaux risquent de s'amplifier, parce qu'il y a une saturation de l'espace commercial et du fait de la concurrence frontale avec internet. Pour améliorer les retours sur investissement, la seule variable d'ajustement reste la main-d'oeuvre.
Les plans sociaux risquent de s'amplifier, parce qu'il y a une saturation de l'espace commercial et du fait de la concurrence frontale avec internet. Pour améliorer les retours sur investissement, la seule variable d'ajustement reste la main-d'oeuvre. © DR

Après la vague rose, la vague des plans sociaux ? Le doute plane depuis quelques mois déjà. Selon la rumeur, ce serait après l'élection présidentielle. Les syndicats n'ont pas attendu le changement pour sortir du bois. Dès le 1er mai, FO agitait un chiffre : Carrefour supprimerait 3 000 à 5 000 emplois dans ses hypers, sur un total de 65 000 salariés. Huit jours après, à la veille du premier rendez-vous avec Georges Plassat, futur PDG du groupe, Dejan Terglav, secrétaire fédéral de FO Commerce, dégaine cette fois l'artillerie lourde : 12 000 postes seraient menacés, de Casino à Système U, en passant par Leclerc et Intermarché. En cause : le fort ralentissement des marchés non alimentaires, surtout pour les groupes intégrés. Ne parle-t-on pas de la disparition pure et simple de la téléphonie et du blanc dans certains hypers Carrefour ?

En attendant, ces chiffres font bondir les distributeurs. Tous les indépendants cités s'empressent de démentir. Leclerc réfute « toute velléité de réduction des effectifs » et Système U, par la voix de Serge Papin, son président, crie à la manipulation : « Nous sommes créateurs d'emplois, c'est injuste ! Nous allons investir, d'ici à l'été 2013, 400 millions d'euros, la moitié dans des ouvertures de magasins, l'autre dans des entrepôts, ce qui va créer au moins 2 000 emplois. » Une annonce qui ne signifie pas une création nette d'emplois, puisque ce n'est pas à périmètre comparable. Alors vrai ou faux ?

Carrefour, l'emploi sur la sellette

3 000 à 5 000 emplois, à raison d'une vingtaine de postes par magasin. Ce serait le prix à payer selon les syndicats, soit au moins 5% des effectifs des hypers (65 000 salariés). Lors du comité de groupe le 10 mai, Georges Plassat, directeur général exécutif et futur PDG, n'a ni démenti ni confirmé. Les syndicats brandissent une liste de 92 magasins concernés, surtout des hypers de proximité. Selon eux, après la fermeture des SAV, ce serait le tour du rayon EPCS de Carrefour (électro-photo-vidéo-son) de subir une réduction. Depuis deux ans, la chute des ventes non alimentaires est ininterrompue : entre - 2% et - 10%.

 

« Un ajustement entre ressources et emploi »

Ce n'est pas Georges Plassat qui répondra à la question. Aux syndicats interrogateurs, le peu qu'il a dit le 10 mai, lors d'un comité de groupe, n'est guère rassurant : « Il faut un ajustement entre ressources et emploi. Sur les frais généraux, nous sommes à deux fois l'indice de nos concurrents, et pas seulement sur les frais de personnel. » En clair, la masse salariale, entre 10 à 12 % du chiffre d'affaires d'un hypermarché, coûte toujours plus cher. « Logiquement, les plans sociaux dans la grande distribution devraient se multiplier, estime Ludovic Lanoue, directeur associé de Dia-Mart. Ces dernières années, la masse salariale augmente plus vite que les chiffres d'affaires et les résultats nets des enseignes. » Pression sur les marges, frais de personnel, concurrence accrue : les réseaux cherchent à rationaliser à tous les niveaux.

Le personnel, dernière variable d'ajustement ? Depuis quelques années, les syndicats dénoncent le recours au turnover pour ne pas remplacer les partants. « Carrefour communique sur ses embauches, mais pas sur ses départs, persifle Serge Corfa, délégué CFDT des hypers. Or, ces dernières années, 30 000 personnes par an ont quitté le groupe sur un total de 120 000, ce qui donne un turn-over avoisinant les 30%, car toutes n'ont pas été remplacées, loin de là. »

Chez Auchan, la disparition des emplois est également larvée, même si le turnover naturel ne dépasse pas 10%. Si le groupe annonce 3 800 créations de postes d'ici à 2014 dans un vaste plan de réorganisation, 1 700 sont menacés dans le même temps selon les syndicats. « Une bonne gestion des emplois aurait permis d'éviter ce plan qui inquiète les salariés », dénonce Pascal Saeyvoet, délégué syndical central FO chez Auchan, révolté par la « gymnastique intellectuelle » à laquelle se livre l'enseigne. Dans une entreprise réputée calme sur le plan social, quatre syndicats sur cinq ont émis un avis défavorable la semaine dernière lors d'un comité central d'entreprise sur ce projet.

Les plans déjà annoncés

SATURN

Le rachat par Boulanger s'avère douloureux sur le plan social, avec un PSE concernant 150 postes sur le réseau (2 ou 3 par magasin) et 90 au siège.

FNAC

Rendu officiel en janvier, le plan de sauvegarde de l'emploi porte sur 510 postes répartis entre 310 en France et 200 dans les filiales étrangères.

Ce qui fait 5% des effectifs, la Fnac employant 11 500 salariés en France dans 85 magasins.

3 SUISSES FRANCE

La fermeture du réseau Espaces-Boutiques du véadiste se traduit par la suppression de 250 emplois, annoncés aussi en début d'année, ainsi que par un plan d'économies de 70 millions d'euros.

 

Les raisons

- Des marchés en perte de vitesse, comme la vidéo ou la musique pour la Fnac

- La remise en question des modèles existants (Saturn et 3 Suisses)

- Une concurrence exacerbée entre enseignes et avec internet

- Une saturation de l'espace commercial

- La main-d'oeuvre devient la dernière variable d'ajustement

 

De la casse sociale à la note sociale

Longtemps créatrice d'emplois, la grande distribution aurait-elle mangé son pain blanc ? « Ce secteur a eu tellement l'habitude de recruter depuis vingt ans que, dès qu'il y a un plan social, l'impact est très fort, s'écrie Emmanuel de Catheu, directeur exécutif d'Expéris, cabinet de recrutement de cadres. Pour une enseigne qui licencie, combien continuent d'embaucher dans le bricolage et d'autres secteurs ? » Un plan social, s'il y en a un, chez le premier employeur privé de France, en l'occurrence Carrefour, ferait beaucoup de bruit, au-delà du Landerneau. Car la casse sociale n'est jamais sans conséquences : dans une entreprise où le climat se détériore, le personnel se démotive vite. Et l'image se dégrade. Un mauvais point au moment où le nouveau président de la République voudrait instaurer une note sociale pour les entreprises.

Les enseignes qui disent embaucher

LECLERC

En réponse aux accusations des syndicats, le groupement annonce la création nette de 3 000 emplois en 2012.

SYSTÈME U

Serge Papin, président du groupe, assure que l'enseigne créera en 2012 « au moins 2 000 emplois », qui correspondent à un investissement total de 400 millions d'euros, entre des agrandissements et des créations de magasins et la création de trois entrepôts. Donc, pas vraiment à périmètre comparable...

AUCHAN

Le groupe prévoit 3 800 créations de poste dans un plan de transformation entre 2012 et 2014. Mais, dans le même temps, seront supprimés 1 700 postes dans sept secteurs (sécurité, vente, comptabilité, mise en rayon, services du personnel, livraison, SAV). Soit 2 100 postes réellement créés.

Les raisons

- La politique d'ouvertures de magasins en France et à l'étranger

- L'explosion des drives

 

Carnet des décideurs

Alain Keravec

Alain Keravec

Directeur Marketpalce de Fnac Darty

Alexandra Suire

Alexandra Suire

Directrice adjointe Régie et Trade de Fnac Darty

Arnauld De Saint Pastou

Arnauld De Saint Pastou

Directeur de la régie et du Trade marketing de Fnac Darty

Alain Keravec

Alain Keravec

Directeur Marketplace du groupe Fnac Darty

Régis Koenig

Régis Koenig

Directeur de la politique services et de l'expérience client du groupe Fnac Darty

Arnaud Averseng

Arnaud Averseng

Preésident de France Billet de Fnac Darty

Aurélie  Sébilleau

Aurélie Sébilleau

Directrice des achats micro-informatique, téléphonie et objets connectés chez Fnac Darty.

Dan  Ohnona

Dan Ohnona

Directeur de la propriété et du développement Groupe FnacDarty

Ivan  Michel

Ivan Michel

Directeur exploitation France de la Fnac

Mehdi Dahmani

Directeur des opérations du service après-vente et multicanal de la Fnac

David  Nedzela

David Nedzela

Directeur marketing digital et CRM de Fnac Darty

Peggy  Vendel

Peggy Vendel

Responsable fusion-acquisition, en charge du pole innovation de Fnac Darty

Christophe Martin

Christophe Martin

Directeur financier de Fnac Darty France

Sébastien  Robles

Sébastien Robles

Directeur marketing web et Retail de Fnac Billet

Philippe  Joubert

Philippe Joubert

Directeur merchandising de Fnac Darty

Jean-Brieuc  Le Tinier

Jean-Brieuc Le Tinier

Directeur administratif et financier de Fnac Darty

Laurent  Darrieutort

Laurent Darrieutort

Directeur Electronic grand public de Fnac Darty

Benjamin Perret

Directeur de la communication et des affaires publiques de Fnac Darty

Thibault Coquand

Thibault Coquand

Directeur de Fnac Travel

Olivier Garcia

Olivier Garcia

Directeur musique (disque et son), vidéo et gaming de La Fnac

Jacques Veyrat

Président non exécutive du conseil de Fnac Darty

Nicolas Gaudemet

Nicolas Gaudemet

Directeur commercial du pôle Culture de Fnac-France

Stéphanie Constand-Attelian

Stéphanie Constand-Attelian

Directrice financement et relations investisseurs de Fnac Darty

Dominique Dubald

Dominique Dubald

Directeur franchise et partenariats de la Fnac

Delphine Jamain

Delphine Jamain

Directrice de l'expérience client sur le digital de la Fnac

Ghadi Hobeika

Ghadi Hobeika

Directeur marketing, digitale et CRM de la Fnac

Alexandre Viros

Alexandre Viros

Directeur e-commerce, marketing et marque de la Fnac.

Eric Iooss

Eric Iooss

Directeur de l'organisation et des systèmes d'information de la Fnac

Charles Ravanne

Directeur Partenariats e-Commerce et Monétisation chez Fnac

Patrick Grimbaum

Patrick Grimbaum

Directeur des systèmes d'information marchandises et fonctions support de la Fnac

Michel Morvan

Michel Morvan

Directeur de la production informatique de la Fnac

Mourad Bensadik

Mourad Bensadik

Directeur des opérations logistiques et transport de la Fnac

Anne-Laure Feldkircher

Anne-Laure Feldkircher

Directrice de la stratégie et du fusion acquisition du groupe Fnac Darty

Serge Esposito

Serge Esposito

Directeur des systèmes d'information clients (e-commerce et magasins) de la Fnac

Pauline Dollé-Labbé

Pauline Dollé-Labbé

Directrice marque et marketing multi canal de la Fnac

Frédérique Gacon

Frédérique Gacon

Directrice des ressources humaines au sein du siège de la Fnac

Jean-Christophe Miege

Jean-Christophe Miege

Directeur services et pricing de la Fnac

Cláudia Almeida E Silva

Cláudia Almeida E Silva

Directrice de la Zone Europe du Sud de la Fnac

Matthieu Malige

Matthieu Malige

Directeur financier groupe de la Fnac

Coralie Piton

Coralie Piton

Directrice de la stratégie et du livre de la Fnac

Enrique Martinez

Enrique Martinez

Directeur général Europe du Nord de la Fnac

Frédérique Giavarini

Frédérique Giavarini

Directrice des ressources humaines de la Fnac

Olivier Theulle

Olivier Theulle

Directeur des opérations de la Fnac

Elodie Perthuisot

Directrice de la division produits de la Fnac

Katia Hersard

Katia Hersard

Directrice e-commerce et marketing de la Fnac

Benoit Fremaux

Benoit Fremaux

Directeur des systèmes d'information et de la transformation digitale au sein de la Fnac

Jean-François Louvieaux

Directeur marketing et de la relation client de 3 Suisses France

Laurent Glépin

Directeur de la communication de la Fnac

Eric Surdej

Directeur général de la Fnac en Espagne

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2228

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA