Mesurer l'impact d'un projet ECR

Pour partager les gains de l'ECR, il faut pouvoir les quantifier. À cette fin, un progiciel calcule la rentabilité de chaque référence.

Les experts de Procter & Gamble étaient persuadés qu'une référence (anonyme pour des raisons de confidentialité) était nettement moins coûteuse qu'une autre. Erreur « Les coûts de la " supply chain " pesaient jusqu'à 30 % du prix de vente consommateur hors taxes pour la première référence, contre 6 % pour la seconde », explique Guillaume Tardy, responsable finances chez Procter.

Pour éviter qu'une telle erreur se reproduise, la firme américaine se sert depuis quelques mois d'un logiciel (de la société anglaise PAP) qui analyse tous les coûts des usines aux gondoles. Présenté lors de la quatrième conférence d'ECR Europe qui vient de se tenir à Paris, cet outil a déjà séduit des industriels comme Colgate-Palmolive, Ferreo, L'Oréal ou KJS, mais aussi des distributeurs comme Asda, Albert Heijn ou Somerfiel.

Son nom ? EPM, pour ECR Profit Model. « Il s'agit d'un logiciel d'études et de simulations qui aide à appréhender de manière chiffrée et concrète les projets ECR », explique Jean-Patrice Netter, fondateur du cabinet Diagma, qui distribue EPM en France. Ce logiciel s'appuie sur des méthodes de management reconnues telle « l'Activity Based Costing », l'analyse de la chaîne de valeur. « PAP a conçu un produit très simple d'utilisation qui permettra aux industriels et aux distributeurs de parler un même langage et de comparer des choses comparables », poursuit Jean-Patrice Netter.

Un outil complémentaire

En analysant tous les coûts de la « supply chain » pour déduire des marges par produit, cet outil d'aide à la décision permet de concevoir un assortiment et d'optimiser le linéaire. EPM est ainsi complémentaire des logiciels de merchandising type Apollo ou Spaceman. Ensuite, EPM montre les écarts de coût et répond à des questions du genre : « Que se passe-t-il si » En multipliant les hypothèses avec des paramètres très variés (taille et fréquence des livraisons ), ces simulations permettent de prendre les bonnes décisions. Encore plus fort, le logiciel valorise des solutions concurrentes. Idéal pour savoir si des produits nécessitent du « cross-docking » ou non. Sans oublier de comparer les catégories et les fournisseurs.

Enfin, EPM décortique les schémas de distribution. Quel est le moyen le plus économique pour aller des usines du fournisseur jusqu'au linéaire ? Doit-on livrer les produits à très forte rotation directement au magasin ? Autant dire que, dans ces conditions, un certain nombre de questions peuvent enfin trouver des réponses. Et pas seulement en se basant sur de simples impressions.

Deux façons de travailler sont possibles. Le premier mode est de type « boîte noire ». Diagma collecte les données de chacun mais ne les transmet pas à l'autre partenaire. En revanche, les conclusions (coût de la « supply chain », marge par produit ) sont transmises aux deux partenaires après accord sur le format des résultats. « Ce qui permet d'avoir des données complètes et précises sans avoir à fournir à son partenaire l'ensemble de ses coûts », précise Gil Yaniv, consultant chez Diagma.

Une transparence totale

Le second type d'utilisation implique une transparence totale. Les deux partenaires se transmettent toutes les données (ventes, prix, coûts ). D'où la possibilité de lancer des simulations en commun. En France, plusieurs industriels et deux enseignes d'hypermarchés travaillent déjà ainsi.

Forts de ces éléments, les projets ECR devraient aboutir plus vite qu'avant. Tout simplement parce que distributeurs et industriels sauront immédiatement à quoi s'en tenir et ne discuteront pas des mois sur le partage de gains encore théoriques. À moins que l'EPM ne rejoigne le PDP (profit direct par produit). Au milieu des années 80, celui-ci devait tout bouleverser sur son passage. Dix ans après, il n'en est plus question. « L'informatique et les mentalités n'étaient pas prêtes », répond Jean-Patrice Netter.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1627

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message