Mètres carrés sauvages : une nouvelle vague pour les centres commerciaux

|
Jean-Christophe Martin

La vague de créations de surfaces commerciales a déjà fait l’objet d’une forte médiatisation après sa révélation par LSA le 16 octobre, suivie par les enquêtes de Linéaires et du Figaro. Elle pourrait connaître un nouveau rebondissement après les déclarations de Jean-Christophe Martin, directeur de la DCASPL, lors d’une rencontre organisée par le Conseil national des centres commerciaux. « Les ensembles commerciaux, qui sont selon la loi un ensemble de bâtiments à caractère privé, peuvent s’agrandir chacun de 1 000 mètres carrés, « en one shot », que cet ensemble soit supérieur ou inférieur à 1 000 mètres carrés», a déclaré le responsable du pouvoir réglementaire en la matière. Il existe près 681 grands centres commerciaux de plus de 5 000 mètres carrés en France, représentant 14 millions de mètres carrés, et des milliers de petits centres dont la surface globale est inconnue. Au cas où plusieurs enseignes d’un même centre voudraient profiter de cette aubaine, « l’enseigne la plus rapide à déclarer sa surface sera la première servie », a ajouté Jean-Christophe Martin, les autres devant passer devant les futures Commission départementales d’aménagement commercial, selon la procédure classique. Concernant les surfaces créées après la circulaire du 24 août, le directeur de l’administration a précisé « solennellement  que toutes celles qui ont respecté les normes de sécurité ou d’accès aux handicapés n’avaient nullement besoin d’une régularisation » devant la CDAC, mais qu’en revanche, celles qui n’étaient pas conformes sur ces deux points se verront sanctionnées. «Pour les barnum constitués en toute hâte et non conformes, ca va faire mal, leur activité sera décomptée en tant que vente au déballage», et ces surfaces seront fermées.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter