Metro expérimente la livraison en utilitaire électrique en Ile-de-France

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Metro Cash & Carry France a signé un partenariat avec la filiale Blue Solutions du groupe Bolloré pour le test de trois utilitaires électriques en région Ile-de-France. Le véhicule, conçu à partir du modèle Blue bus, dispose d’une autonomie de 120 kms et l’intérieur a été aménagé pour coller aux attentes du grossiste alimentaire.

Benoît Feytit, directeur général de Métro avec
Dans le cadre de la COP21, Métro Cash&Carry, qui participe au collectif composé d’entreprises privées Solution 21, a annoncé son partenariat avec le groupe Bolloré et sa filiale Blue Solutions. L’échange porte d’une part sur l’équipement de 11 véhicules Blue Car pour les commerciaux de la région Ile-de-France, d’autre part sur le test à partir d’avril 2016 en région Ile-de-France de trois utilitaires électriques pour livrer les clients du grossiste alimentaire, à savoir des restaurateurs, boulangeries et pâtisseries. 
 
Première sortie pour le Blue Truck
 
Pour Bolloré, il s’agit d’une première, puisqu’il a transformé un modèle de bus en utilitaire. La technologie de traction reste la même, avec 3 batteries sur le toit pour une autonomie de 120 kms. Le véhicule de 6 mètres de long a en revanche été transformé à l’intérieur pour pouvoir accueillir des palettes et colis de marchandises. 
 
Sur ce point, Métro comme Bolloré comptent partager leur expérience afin de gagner encore en optimisation.  En effet, le distributeur ne dispose pour l’heure que de 3 Blue Truck, avec un engagement de 20 mois pour identifier les besoins. Notamment la gestion des produits frais et surgelés. Une solution de bacs isothermes refroidis à l’azote est étudié, mais faut-il rendre mobile ses bacs ou les systématiser à un endroit ? 
 
Côté finance, « il n’y a pas un gros écart de prix entre un camion thermique et électrique, commente Benoît Feytit, directeur général de Métro Cash & Carry France . Nous gagnons sur la maintenance du véhicule et sur le prix du carburant. Et quand les modèles seront plus matures, je pense même que cela reviendra moins cher. Le coût fait notamment parti de notre expérimentation.» Vincent Bolloré souligne d’ailleurs que la ligne de bus qui assure la liaison entre la porte Maillot et la fondation Louis Vuitton à Paris a un coût d’exploitation strictement identique à un bus thermique. L’industriel a d’ailleurs livré récemment des bus 100% électrique à la RATP, qui ont une autonomie de 250 kms.
 
Des abonnements Utilib pour les clients de Métro
 
Le test doit permettre de répondre à de nombreuses inconnues, mais Benoît Feytit assure néanmoins son intention dans les années à venir de transformer sa flotte pour les livraisons à ses clients, bien souvent installés dans des zones urbaines denses. En amont, l’électrique ne correspond pas aux besoins mais le directeur général a annoncé que le groupe réfléchit à d’autres solutions, « comme les moteurs hybrides ». Métro souhaite aussi embarquer ses clients dans cette approche responsable de la logistique et proposera à ses clients des abonnements Utilib.
 
En 2011, Métro a publié son premier bilan carbone et s’est engagé à réduire de 6% son empreinte carbone d’ici 2015. Et en 2014, le distributeur grossiste affichait une baisse de 17,3% d’émissions de gaz à effet de serre.
 
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA