Metro, Rewe et Kraft poussent la RFID

|

Le recours aux puces dites intelligentes se multiplie en Allemagne où Kraft, Metro et Rewe sont passés des tests au déploiement à grande échelle sur leurs palettes. À l'arrivée, des gains logistiques considérables.

Le suivi et l'optimisation des chargements et des flux dans le domaine de la logistique. Des usines aux entrepôts, puis aux magasins. La gestion des réapprovisionnements et des DLC de certains produits frais. L'utilisation d'informations produits complémentaires.
> Sur les palettes de dosettes Tassimo et de chocolat conditionnées par Kraft en Allemagne > Dans les entrepôts pour vérifier la température et les flux de marchandises > Sur les barquettes de viande d'un hypermarché Real > Sur des conteneurs destinés à Metro voyageant entre la Chine et l'Allemagne > Sur certains vêtements vendus par Kaufhof pour proposer aux clients des articles complémentaires > Sur les produits de 180 fournisseurs de Metro > Sur les 1,3 million de palettes envoyées dans les C & C de Metro en France

Les tablettes de chocolat ne pourront plus fondre sans que leur fabricant ne s'en inquiète et les dosettes de café ne disparaîtront plus entre l'usine et l'entrepôt sans raison... Le groupe américain Kraft Foods s'apprête à généraliser l'utilisation de puces intelligentes RFID (identification par radiofréquence) pour gérer les commandes des deux plus grands groupes allemands de distribution, Metro et Rewe. Cette année, près de 80 000 palettes envoyées de sa plate-forme logistique de Bad Fallingbostel, entre Brême et Hanovre, seront équipées de radio-étiquettes. L'ensemble de la production de son usine allemande de conditionnement de café de la marque Tassimo et 80 % des références de la chocolaterie de Lörrach dans le Bade-Wurtemberg sortent déjà des zones de livraison avec des marqueurs électroniques. « La RFID est une technologie très intéressante et nous étudions actuellement ses applications possibles sur l'ensemble de notre chaîne de valeur », résume Axel Erdmann, responsable chez Kraft de la chaîne d'approvisionnement pour l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse.

17 portiques lecteurs de puces

À Bad Fallingbostel, les envois destinés aux magasins de Rewe et de Metro passent par l'un des 17 portiques capables de lire les puces intelligentes. Le routier peut alors voir sur un écran l'endroit où se trouvent les palettes qu'il doit charger et, si les produits ne sont pas embarqués dans le bon ordre, une alarme sonne automatiquement pour alerter les caristes.

400 sites de Metro équipés

Metro a été l'un des moteurs de la RFID outre-Rhin. Il a commencé à installer ses premières puces sur des palettes dès novembre 2004. Deux ans plus tard, elles étaient placées sur des cartons. Et dès la fin 2007, l'ensemble des cash et carry de l'enseigne en Allemagne, sa centaine d'hypers Real et ses neuf plates-formes de logistique en République fédérale étaient équipés de portiques capables de lire les messages envoyés par ces marqueurs. « Nous comptons aujourd'hui 400 sites en Europe qui possèdent de tels équipements », souligne Marcos Fernández, porte-parole de Metro. Environ 180 fournisseurs participent à ce programme.

Dans le plus grand entrepôt d'aliments surgelés allemand, qui se trouve à Hamm, en Rhénanie du Nord-Westphalie, les 11 000 espaces de stockage sont équipés de transpondeurs, de même que les palettes. Le système électronique de gestion envoie automatiquement à l'emplacement voulu les marchandises souhaitées et il contrôle leur chargement dans le bon camion. Environ 15 000 palettes sont ainsi convoyées chaque mois vers leur destination finale.

1,3 million de palettes en France cette année

À l'automne 2008, Metro est allé plus loin en généralisant l'utilisation de la RFID en France, un projet sans équivalent dans le pays. Cette année, près de 1,3 million de palettes seront ainsi équipées de puces intelligentes dans les six plates-formes logistiques françaises du groupe. Les gérants des 89 cash et carry français pourront connaître le détail des références qu'ils vont recevoir, mais aussi vérifier, grâce aux portiques placés sur les quais de réception que les produits livrés par les camions de DHL - la filiale de la Poste allemande qui a mis au point ce projet avec Metro - correspondent bien à la commande.

L'Asie est aussi de la partie. En Chine, le numéro un de la distribution allemande collabore avec le groupe de logistique Fat Kee Stevedores et GS1 Hong Kong afin d'apposer des transpondeurs qui lui permettent de suivre en temps réel le parcours de ses conteneurs des ports asiatiques, où ils sont embarqués, jusqu'à son centre de distribution principal d'Unna, près de Dortmund.

Contrôle thermique

Les radio-étiquettes ne se cantonnent plus à la seule logistique. Kraft s'en sert depuis peu pour contrôler la température de stockage de ses palettes. Dans son Future Store de Tönisvorst, à une trentaine de kilomètres de Düsseldorf, l'enseigne d'hypers de Metro, Real, teste l'utilisation de la RFID sur ses barquettes de viande. Les émetteurs ont un double avantage. Ils permettent aux bouchers de connaître en temps réel les morceaux de viande achetés et de réapprovisionner le rayon dès que le besoin s'en fait sentir. Et ils évitent de laisser dans les meubles des produits périmés. Quant à Kaufhof, une autre filiale de Metro, elle a testé l'usage de transpondeurs sur les 30 000 références d'habillement masculin de son magasin d'Essen. Des « miroirs intelligents » pouvaient lire les informations envoyées par les puces et suggérer au client les articles qui pourraient aller avec le vêtement choisi. Une manière habile de pousser les consommateurs à acheter davantage...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2104

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations