Michel Barnier défend l'identité des vins français à Bruxelles

|

Les producteurs craignent la proposition de la Commission européenne d'autoriser les viticulteurs à planter librement des vignes pour répondre aux exigences du marché.

Le ministre français de l'Agriculture Michel Barnier s'est dit lundi déterminé à défendre l' « identité » des vins européens, qu'il estime menacée par la réforme du secteur vinicole proposée par la Commission européenne. « Je m'opposerai à la banalisation des vins européens », a déclaré M. Barnier à son arrivée à une réunion des ministres de l'Agriculture des 27 à Bruxelles consacrée à cette réforme.
« La remise en cause des droits de plantation conduirait à faire perdre aux vins européens leurs identités et leurs racines », a-t-il estimé. Dans sa réforme présentée début juillet, la Commission européenne propose d'autoriser les viticulteurs à planter librement des vignes à partir de 2014 pour encourager la compétitivité des ces derniers face à la concurrence des vins du Nouveau Monde. Les organisations professionnelles des viticulteurs s'y opposent, en particulier celles qui regroupent des producteurs de vins de qualité, bénéficiant d'une indication géographique protégée. Actuellement les droits de plantation sont strictement limités, pour éviter des surproductions.
Au-delà de la question du vin, Michel Barnier s'est démarqué des orientations défendues par la Commission pour rendre l'agriculture européenne plus commerciale.  « La force de l'agriculture européenne réside dans ses produits de qualité, qui ont des goûts et des couleurs », a-t-il déclaré. « Je me battrai de toutes mes forces » contre « une agriculture et une alimentation aseptisées » et contre « une image américaine de l'agriculture », a insisté le ministre.
L'actuelle commissaire européenne à l'Agriculture, la Danoise Mariann Fischer BOEl, veut une agriculture plus compétitive et tournée vers le marché.
L'ensemble des secteurs de la Politique agricole commune (PAC) européenne ont commencé d'être réformés dans cette optique depuis 2003. Le secteur vinicole est le dernier à l'être. Bruxelles espère mettre en OEuvre la réforme du vin à partir de la campagne de 2008-2009.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter