Michel Edouard Leclerc annonce un renforcement du Galec

|

Le président des Centres Leclerc a annoncé le renforcement de la centrale d’achats du groupement, avec “des équipes commerciales et des équipes marketing”. Jusqu'alors, le Galec gérait surtout les référencements et les achats de carburants et de back-office. 

"Nous offrons une seconde vie au Galec", indique le président des Centres Leclerc.
"Nous offrons une seconde vie au Galec", indique le président des Centres Leclerc.© Laetitia Duarte / LSA

La centrale d’achats de E.Leclerc ne sera bientôt plus seulement une centrale d’achat, mais un véritable pivot stratégique du groupement. “Le Galec est traditionnellement axé sur les achats, nous allons lui donner une seconde vie, ce sera le bras armé de l’enseigne”, a déclaré Michel-Edouard Leclerc, ce 15 septembre à Paris, lors de la manifestation à Paris célébrant les 20 ans de la Feef (fédération des entreprises et entrepreneurs de France). La structure sera renforcée par “des équipes commerciales, et des équipes marketing, auxquelles les équipes d’achats donneront des réponses pour alimenter le front de vente”.

C’est une mini-révolution. L’acronyme Galec veut dire Groupement d’achats Leclerc. La structure va donc évoluer, pour mieux anticiper l’évolution du commerce, notamment les ventes sur internet, le renforcement des ventes en non-alimentaire dont Michel Edouard Leclerc est persuadé que là se trouvera le gisement de croissance - “c’est le secteur qui va tirer la consommation demain” - l’assortiment pour les drives ou encore l’évolution des marques de distributeurs, fortement attaquées par la baisse des prix des grandes marques. “L’avenir est très aléatoire, nous sommes très interrogatifs face à l’évolution du numérique, nous devons nous adapter”. La décision a été prise lors d’un congrès des adhérents à Stockholm, en juin dernier.

Faire face aux alliances ?

Les industriels devraient donc négocier dans le futur non seulement avec les acheteurs, mais s’adapter aussi au marketing et au commercial. Ce n’est pas la première enseigne à créer des structures front de vente, avec des fortunes diverses. C’est justement en évitant les technostructures, en évitant de couper les cheveux en quatre, en massifiant les achats et en renforçant sa part de marché que E.Leclerc a plutôt fait la différence au cours des dernières années. Mais la nouvelle puissance de feu des alliances entre enseignes, celle d’Auchan-Système U et celle de Casino et Intermarché, contraint peut-être l’enseigne à anticiper. Pour l’instant, l’addition des parts de marché ne semble pas avoir eu d’effet sur E.Leclerc, mais peut-être faut-il rester vigilant.

Les centrales régionales et Rewe

Il sera par ailleurs intéressant de suivre le poids réel du Galec, pour l’instant encore une centrale de référencement, sauf pour le carburant ou les biens non revendables, par rapport aux centrales d’achats régionales - très actives, et à la centrale d’achats internationale créée avec l’enseigne allemande Rewe. Comme pour toute structure en évolution, il reste beaucoup d’interrogations. Mais il semble que les adhérents soient prêts à accepter un gestion plus centralisée de l’enseigne. Qui les a influencés ? Ne le répétez surtout pas à Michel-Edouard Leclerc, il le pourfend à la moindre occasion. C’est peut-être le président de l’Autorité de la concurrence, Bruno Lasserre, qui avait anticipé. Dans une décision célèbre, il considérait déjà que la structure de tête exerçait un contrôle conjoint sur les magasins. Normal donc que la gestion du front de vente lui revienne...

1 commentaire

Milliard

13/11/2015 11h12 - Milliard

Je suis conseiller technique en boulangerie.je souhaite apporter dans votre groupe des conseils dans tous les rayons boulangerie ,afin d'apporter une nouvelle vision sur le métier et de donner une identité sur chaque rayon et avec des produits bien adaptés .

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter