Michel-Edouard Leclerc déclare la loi Jacob « impraticable »

|

« Un projet de réforme impraticable et sans effet durable sur les prix » : tel est la position ouvertement hostile du président des Centres Leclerc au projet de loi Jacob, qui sera discuté au Sénat à partir du 5 juin.

Michel-Edouard Leclerc revient à la charge. Lors d'une conférence de presse tenue ce jeudi 12, le président des Centres Leclerc s'est évertué à dénoncer par avance les effets pervers de la future loi Jacob. Il a indiqué partager ses vues avec de nombreux dirigeants d'enseignes et de groupes industriels - il a cité Danone, L'Oréal, Auchan, Carrefour, Système U, Intermarché, ainsi que Jérôme Bédier, président de la Fédération du commerce et de la distribution - qu'il a rencontrés au cours des dernières semaines. « Le projet est une usine à gaz, au delà du débat économique et juridique, il est impraticable », a-t-il asséné. Longuement, et avec tout son talent de pédagogue, il a assuré qu'il était impossible d'appliquer un niveau fixe de 20 % de marges arrière comme le prévoit la loi, parce qu'il n'est pas faisable d'affecter tout ce qui est obtenu par la négociation au-delà de ce seuil à chaque produit, et donc d'en déterminer les prix de revente. Il estime que des secteurs qui n'ont pas atteint ce niveau de marges arrière finiront par s'y conformer, « ce qui inquiète dans le textile, le jouet, l'électroménager ».
Il fustige par ailleurs la clôture obligatoire des négociations chaque année au 30 janvier : « nous serons les seuls en Europe à ne pouvoir négocier que pendant 46 jours par an, un délai impossible à tenir», a-t-il indiqué. Il pointe l'insécurité juridique liée à la « tutelle administrative punitive » et à l'inversion de la charge de la preuve. « Comme Jérôme Bédier, je suis d'accord que vendre des marques va devenir trop dangereux».
Il affirme enfin que l'objectif visé par le premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, «la lutte contre la vie chère », ne sera pas atteint. « Le projet va susciter de nouvelles hausses de prix » ajoute Michel-Edouard Leclerc, inflexible.

Sylvain Aubril

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message