Michel-Edouard Leclerc dénonce (encore) les hausses de prix des fournisseurs…et deux propositions de loi

En pleine période de négociations commerciales, le président du comité stratégique des centres E.Leclerc pointe du doigt les hausses de tarifs demandées par les grands industriels et tacle au passage deux propositions de loi bientôt étudiées par les députés.

Partager
Michel-Edouard Leclerc dénonce (encore) les hausses de prix des fournisseurs…et deux propositions de loi
"MEL" ne partage pas vraiment les idées de deux propositions de lois de Renaissance et de LR.

Il nous a habitués, depuis quarante-cinq ans, aux coups de gueule contre les fournisseurs, et plus spécialement contre les plus gros, les multinationales. Ce 5 janvier, sur son blog De quoi je me Mel, le voilà qui épingle, dans l’ordre, Mondelez, Kellogg’s, Beiersdorf, et Unilever. Toujours dans l’ordre, le premier demanderait des hausses de prix aux distributeurs de 17% sur les biscuits, le deuxième de 17% également sur les céréales et le petit déjeuner, le troisième de 15% sur la parfumerie et le dernier de, respectivement, 25% sur la moutarde et de 14% sur l’entretien et la parfumerie. Jusque-là, rien de bien étonnant, connaissant le goût de la polémique de l’impétrant et surtout le contexte inflationniste depuis plusieurs mois qui renchérit le coût des produits et tend les relations commerciales. Un coup de gueule fort opportun donc, alors que les négociations battent leur plein et que deux propositions de loi arrivent à l’Assemblée nationale.

Deux propositions de loi en ligne de mire

Car sa sortie vise bel et bien deux propositions soutenues par Renaissance et par LR qui seront étudiées en Commission des affaires économiques le 11 janvier et en plénière le 16 janvier. « Je ne cherche pas la provoc, écrit le président du Comité stratégique des centres E.Leclerc. Mais alors que l'inflation dépasse 13% sur l'alimentaire et atteint un niveau inédit depuis 20 ans en France, il existe des députés qui veulent limiter les grosses promotions. Ils veulent reconduire des marges minimales sur les produits alimentaires ! Surtout, ces députés veulent faire en sorte que même les grosses firmes puissent répercuter, sans négociation, leurs hausses sur les consommateurs ! » Et de conclure : « si les projets de loi de Julien Dive (LR) et Frédéric Descrozaille (Renaissance) étaient votés, aucune enseigne de commerçants ne pourrait s'opposer à des augmentations de tarifs de 10 à 30%. » Sur Twitter, Michel-Edouard Leclerc se moque au passage de ces députés inféodés, selon lui, au lobby des grands industriels, à savoir l'ILEC.

L'article 3 en question

L’article 3 de ces propositions établit effectivement que faute d'accord à l'issue des discussions d'achat, c'est le tarif du fournisseur qui s'imposera. « En cas d’échec des négociations annuelles au 1er mars, il ne devrait plus y avoir ni commande du distributeur, ni livraison de produits. Cette règle viendrait clarifier une situation dans laquelle, en cas d’échec des négociations commerciales, il est généralement considéré que le maintien des livraisons par le fabricant devrait se faire au prix de l’année précédente pendant une période de préavis de plusieurs mois." Or, estiment les députés à l'origine des propositions de loi, "dans une période d’hyperinflation, une telle pratique crée un fardeau économique insupportable pour l’industriel et une désincitation à trouver un accord pour le distributeur. Par ailleurs, hors période d’inflation, les conséquences d’une absence d’accord sur le prix doivent être plus équitablement réparties entre le fournisseur et l’acheteur". Les débats promettent.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

Reuter.com

Conseiller clients avant-vente (h/f)

Reuter.com - 01/12/2022 - CDI - BOULOGNE BILLANCOURT

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

Les réseaux de Franchises à suivre

ESSENTIEL & DOMICILE

ESSENTIEL & DOMICILE

Une autre vision des services à la personne

+ 2600 franchises référencées

Tout voir
Proposé par
Toute la Franchise

ARTICLES LES PLUS LUS