Michel et Augustin franchit une nouvelle étape avec Danone

|

La PME « déjantée » parisienne Michel et Augustin va ouvrir 40 % son capital à Danone. Objectif : profiter des synergies offertes par le leader des produits laitiers et de ses forces pour asseoir sa croissance et son avenir.

Michel et Augustin

Tout a commencé il y a douze ans dans une cuisine. Depuis, que de chemin parcouru pour Michel et Augustin ! Dernière opération en date, l’ouverture de son capital au leader des produits laitiers, Danone. Ce dernier va prendre 40% de la griffe, via sa nouvelle structure d’investissement et d’incubation, Danone Manifesto Ventures, située à New York. La participation d’Artemis, holding de la famille Pinault entré en 2009, va passer de 70 à 45%, et les deux fondateurs, Augustin Paluel-Marmont et Michel de Rovira, conserveront les 15% restants.

L’art de susciter l’intérêt

« Depuis le lancement de notre marque, nous avons toujours eu comme ambition de la développer. Nous avons été aidés par les actionnaires qui nous ont permis de grandir. Mais pour franchir une nouvelle étape, il est important de s’adosser à un partenaire avec une expertise alimentaire et mondiale », ­indique Michel ­de Rovira. La PME, avec son ton décalé, sa notoriété et sa soif de conquête, a toujours suscité de l’intérêt. « La société est courtisée depuis longtemps par des partenaires stratégiques. Les deux fondateurs ont décidé avec Artemis d’analyser de manière structurée les éventuels coups de foudre réciproques ambitieux », résume Éric Toulemonde, fondateur d’Ekapartners, conseil financier d’Artemis et des ­fondateurs.

Ainsi, la marque est entrée dans un process de sélection afin de trouver le meilleur partenaire qui saurait respecter son intégrité, ses ambitions et son autonomie. Le choix de Danone a été naturel. « Ce groupe français porte de fortes valeurs. L’exemple du partenariat réalisé avec Stonyfield aux États-Unis reflète exactement ce que nous cherchons : des opportunités sans s’imposer des choses », ajoute Michel de Rovira. Michel et Augustin compte bien les saisir. Déjà à l’international, où la marque réalise 10% de son chiffre d’affaires. « L’objectif pour eux est de faire de Michel et Augustin une marque planétaire », estime Éric Toulemonde. Et surtout de percer, de manière durable, le continent américain. La PME compte déjà une équipe sur place, dont Augustin Paluel-Marmont, et a réussi à faire référencer ses biscuits dans les points de vente Starbucks. Elle mise sur les forces de Danone, très offensif aux États-Unis, pour arriver à 50 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Future montée de Danoneà 100% du capital

Autre chantier : la France. « Il reste tout à faire. Nous devons améliorer notre référencement, notre visibilité en magasins et notre présence dans les villes de province pour doubler notre taille. C’est sur ces points que nous aurons besoin de l’expertise et des conseils de Danone », détaille Michel de Rovira.

Pour concrétiser cette opération, un nouveau business plan de Michel et Augustin devrait être annoncé dans le courant des mois de septembre-octobre. Mais ce qui est sûr, c’est que, à terme, Danone, y voyant une source d’inspiration en termes d’idées et de pratiques nouvelles, devrait monter à 100% du capital. « Augustin et moi n’allons pas rester actionnaires toute notre vie. En s’adossant à Danone, c’est une manière de garantir la pérennité de notre marque. Il faut qu’elle vive, même sans nous », conclut Michel de Rovira.

Courte avance pour la famille pinault

En chiffres

  • 40 M€ le CA de Michel et Augustin en 2015, à + 35 % sur trois activités (biscuits, ultrafrais et boissons)

Source : Michel et Augustin

« Nous avons deux objectifs en nous adossant à Danone : nous implanter de manière durable aux États-Unis et doubler notre taille en France dans les prochaines années. »

Michel de Rovira, cofondateur de Michel et Augustin.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2420-2421

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous