Michel et Augustin séduit deux grands noms

|

développement - Du biscuit au smoothie, l'aventure de la PME parisienne prend de l'ampleur. Elle affiche de grandes ambitions, rendues plus crédibles par l'entrée au capital de Serendipity, le fonds d'investissement de François Pinault et de Martin Bouygues.

Voilà une entreprise fraîche et audacieuse, à laquelle tout le monde veut croire depuis ses débuts, mais qui pâtit d'être « bobo » et « parisienne ». Donc éphémère ? Pourtant, depuis quelque temps, Michel et Augustin, qui propose désormais quatre gammes de produits (biscuits, yaourts à boire, glaces et smoothies), annonce sa volonté de devenir une marque nationale, premium dans ses produits, mais populaire dans sa distribution.

« Après avoir réalisé un chiffre d'affaires de 3 millions d'euros en 2007, notre objectif est de 8 millions cette année, et 15 millions l'année suivante », assure Augustin Paluel-Marmont, cofondateur de l'entreprise partiellement éponyme.

Mais, même en ayant signé plusieurs référencements avec des centrales nationales, la PME ne parvenait pas à convaincre. Des doutes qui devraient être levés par l'annonce de l'entrée au capital d'un partenaire de poids, Serendipity, le fonds d'investissement commun à François Pinault et Martin Bouygues. Il s'agit d'un financement conséquent, dont le montant est tenu secret, mais qui a permis aux fondateurs de se payer enfin un (vrai) salaire depuis le mois de mai et de prévoir des recrutements. Autre partenaire de poids, Senoble, auprès de qui la logistique des produits frais de la marque a été sous-traitée, permettant d'assurer le développement national.

Petit faux pas

Ces gages de sérieux n'ont pas empêché la PME de commettre son premier faux pas. Sa quatrième gamme de produits, des fruits frais mixés façon smoothie et vendus en gourde, a connu des soucis de qualité. Suspendue fin juillet, sa commercialisation devrait reprendre mi-septembre. « Le lancement est un peu chaotique, mais il ne remet pas en cause l'aspect innovant du produit », souligne cependant Augustin.

Malgré cette erreur de jeunesse, la marque continue de pétiller d'idées, notamment avec le lancement d'une campagne de publicité coopérative, une invention maison. En devenant ambassadeur de la marque sur leur voiture, les fans de la marque feront gratuitement le plein de produits Michel et Augustin à chaque passage à la Bananeraie, le siège de l'entreprise, basé dans le XVe arrondissement à Paris !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2054

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous