Microsoft entend bien pousser sa tablette Surface en magasins

|

L'américain a tiré les leçons de l'échec de sa première tablette. Il compte sur sa nouvelle version et la distribution pour réussir enfin à faire décoller cet axe stratégique.


«Bon produit, mal vendu. » Voilà ce qui revient le plus souvent lorsque l'on interroge les professionnels du high-tech en France sur la Surface. Difficile de les contredire. Sortie fin 2012, la première tablette de Microsoft n'était vendue que sur le site de l'américain... Plutôt incongru pour un nouveau produit, qui plus est en rupture avec les concurrents iPad et Android. Résultat : des ventes évidemment très limitées. Les chiffres qui circulent dans les médias américains font état de moins de 2 millions d'unités vendues sur les six premiers mois d'exploitation. À titre de comparaison, Apple vend 2 millions de tablettes tous les dix jours, en moyenne...

Surface 2, de nouveaux atouts

Un écran Full HD, un son amélioré, un processeur plus puissant... La Surface 2 ressemble à une version 1.5 de la première Surface. Elle est proposée à 439 € (le modèle 32 Go) et 539 € (le 64 Go). En revanche, la Surface Pro 2 se rapproche du mini-ordinateur tactile, avec son processeur Core i5, ses 4 à 8 Go de mémoire vive et son espace de stockage qui s'étend de 64 à 512 Go. Une bête de course qui sera tout de même proposée à partir de 879 €.

Un large déploiement

Mais pour sa Surface 2, Microsoft veut, cette fois, jouer la carte de la distribution. Et la plus large possible. « Nous sommes réellement présents en magasins depuis juin avec la Surface, assure Marc Jalabert, le directeur de la division grand public de Microsoft France. Et avec la Surface 2, nous allons encore accroître notre réseau de distribution, car il faut mettre la tablette dans les mains des clients pour les convaincre. »

À date, la Surface 2 est présente dans un quart des magasins Boulanger et Fnac, dans une cinquantaine de Carrefour et d'Espaces Culturel Leclerc, ainsi que dans l'ensemble du réseau Darty. Encore trop limité pour espérer contrecarrer sur le marché l'hégémonie Apple / Android, mais Microsoft espère convaincre les enseignes réfractaires, comme Auchan, d'ici à la fin de l'année.

Avec la Surface2, nous allons encore accroître notre réseau de distribution, car il faut mettre la tablette dans les mains des clients pour les convaincre.

Marc Jalabert, directeur de la division grand public de Microsoft France

Un pari sur les périphériques

Et pour cela, l'américain a sa botte secrète : les accessoires. Les enseignes en sont très friandes, car ils constituent de belles ventes additionnelles. Multiples claviers, batteries d'appoint, docking station... Microsoft a mis les moyens pour proposer un écosystème complet autour de sa tablette. Ainsi, les deux nouveaux claviers additionnels, le Touch Cover 2 et le Type Cover 2, sont désormais rétroéclairés et peuvent ainsi être utilisés dans le noir total. Ils sont respectivement proposés à 119 € et 129 €. La station d'accueil de Microsoft - compatible exclusivement avec les Surface Pro - permet quant à elle de transformer sa tablette en véritable PC, avec ses connectiques multiples, ses prises casque et micro et sa batterie intégrée. Le tout pour 199 €.

Des prix dans l'ensemble plutôt élevés, mais une gamme de tablette élargie. Si les nouvelles Surface sont proposées à partir de 439 € (la Surface 2, 32 Go) et 879 € pour la Surface Pro 2, Microsoft conserve le premier modèle et le repositionne à 339 €. Une distribution élargie, des nombreux accessoires, une gamme étendue. Microsoft semble, cette fois, mieux parti.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2295

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message