Mis en cause par France 2, Jardiland conteste "une enquête fantaisiste" sur les dérives de la formation

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L’émission Cash Investigation de France 2 a mis le doigt sur une vaste escroquerie sur l’argent de la formation professionnelle chez Jardiland. La jardinerie, qui affirme de son côté avoir été l’objet d’une escroquerie montée à son insu par deux anciens collaborateurs, a décidé de porter plainte en diffamation contre France Télévision.

Jardiland

Le centre de formation de Jardiland (aujourd’hui connu sous le nom de Formaxis) aurait facturé des centaines de fausses formations entre 2007 et 2011, ce qui représenterait un détournement de près de 5 millions de fonds publics dédiés à la formation des personnels. C’est l’émission Cash Investigation, sur France 2, qui a révélé l’information dans son édition du 2 octobre. Jardiland n’a pas tardé à réagir, et réaffirme « qu’il a été l’objet d’une escroquerie montée à son insu par deux anciens collaborateurs ».

Plainte en diffamation contre France 2

S’estimant injustement mise en cause, la société Jardiland a décidé de porter plainte en diffamation contre France Télévision. Selon les déclarations de Jardiland, ces collaborateurs ont fabriqué de faux programmes de formation pour percevoir en toute illégalité des subventions des organismes collecteurs sans qu’à aucun moment Jardiland ne soit en mesure de le découvrir. Les preuves de l’implication de ces deux anciens salariés « tous deux l’objet d’une plainte nominative » ont été apportées aux journalistes, qui n’ont apparemment pas repris ces arguments. Le réseau de jardineries indique que « le circuit frauduleux mis en place par son ancien responsable de la formation était extérieur à Jardiland et rendait ce détournement totalement indétectable. Ce système a permis à ce dernier d’encaisser à titre personnel un million d’euros ».

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

4 commentaires

FRANO 34

17/10/2013 21h24 - FRANO 34

Ancien collaborateur de cette entreprise prêt a tout pour sacrifier salariés et fraudes en tout genres au profit de la rentabilité et des gains aux actionnaires.
J'ai fais l'objet d'investigations ainsi que d'autres collègues quand a cette fraude, nous devions nous justifier sur des formations dont JARDILAND a touché des indemnisations.
Malheureusement nous n' avions jamais été formé, mais eux ont touché le pactole !!!!!
super
LA DRH été a l' époque le relais entre le pseudo centre de formation et les magasins, les directeurs régionaux devaient récolter les dossiers bidons signés par les salariés de manière "OBLIGATOIRE"
alors venir hurler que la haute direction n' était pas au courant de ces agissements
pffffffffff mort de rire
PTDR

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

keneda

13/10/2013 20h28 - keneda

a laumig ....
je suis un ancien collaborateur comme vous dites ..
entre les formation bidon et les fausses demi journées de formations signées et jamais effectuées , jardiland était sans aucun doute non seulement au courant mais en tout état et connaissances de cause à l'origine de ces détournements et formations bidons ...
il est dommage que seul un petit nombre de ces formations bidons est été dévoilées , alors qu'elles étaient et sont certainement toujours monnaie courante au sein du siège et des magasins ...

la méthode de travail pour les salariés est je cite " T'es pas payé pour réfléchir " ...signe et c'est tout !

jardiland est une sombre histoire d'actionnaires , d'interets privé et se gave avec des marges de80% sur les mdd...et plombe ses fournisseurs en tirant les prix d'achats au raz des pâquerettes les rendant non viable sur le long terme ...!
jardigland n'a rien a voir avec le monde du végétal et animal ..c'est du pure commerce de grande surface ..du prêt a jeter ! même sur le végétal ..
l’enquête aurai du aller plus loin (je parles pas de cette émission , mais de celle de la brigade parisiennes de la fraude et délinquance astucieuse )

respect et courage a tous les employés virés comme des malpropres par jardigland pour de sombres intérêts privé

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Laumig

10/10/2013 14h08 - Laumig

Ouhhhhh! les vilains pseudo-journalistes de France2 qui ont manifestement bidouillé leur sujet avec de soi-disant employés de Jardiland qui témoignent à visage soigneusement floutés alors qu'ils ne risqueraient absolument rien si ils étaient reconnus. Bravo à M Conte qui ne s'est jamais démonté face à des documents manifestement faux qui incriminaient sa DRH ou sa comptabilité, et qui a démontré son envergure de vrai patron efficace à qui rien n'échappe.
A tous les VRAIS collaborateurs de Jardiland: Bon Courage, vous êtes entre de bonnes mains (ou pas)!!!!

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Alex

04/10/2013 14h23 - Alex

L'enquête de France 2 est très intéressante... Mais assez loin de la réalité de la formation professionnelle.

Hormis le cas de Jardiland que je ne connais pas, tous les autres exemples cités dans le reportage ne remplissent pas les critères pour être éligibles au titre de la formation professionnelle.

Certes les entreprises peuvent envoyer leur collaborateur dans ces stages, mais pas un un seul OPCA ne les financera. Elles seront donc financées 100% par l'employeur et n'apparaîtrons pas dans les chiffres de la formation.

Je pense plutôt que ce reportage exagérement alarmiste prépare l'opinion à une prochaine réforme qui vise à faire financer par les entreprises l'insertion professionnelle et non plus uniquement la formation de salariés.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA