Marchés

Mobiles, pagers et sans-fil en forte croissance

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

· Les téléphones mobiles, les pagers et les téléphones sans fil forment le tiercé gagnant du marché actuel. · Trois familles de produits en très forte croissance qui se distinguent nettement du reste du marché.1 Mobiles numériques : 55% de croissance

De 48% (mai-octobre 1996) à 55% pour la même période 1997, la croissance s'est encore accélérée sur le marché du téléphone mobile. La barre des 5 millions d'abonnés devrait donc être franchie dès la fin de l'année. Itineris fait la course en tête, même si SFR apparaît, en termes de recrutement, comme l'égal de l'ex-opérateur national. Mais la plus belle croissance est à mettre au profit de Bouygues Telecom dont le réseau n'est en service que depuis dix-huit mois. L'événement marquant de 1997 restera sans doute la généralisation des packs, soit des offres globales intégrant le téléphone, un forfait, et éventuellement quelques accessoires. En cette fin d'année, GFK estime que 70% des ventes de terminaux se feront par cet intermédiaire. 2 Radiomessagerie : + 38% en six mois Plus 38% en six mois contre 42% il y a un an. Le ralentissement de la croissance est la conséquence du lancement d'offres packagées par les opérateurs de téléphonie mobile. Des offres qui intègrent dans leur cible la population des 18-25 ans, clientèle jusque-là exclusivement visée par les pagers. La croissance du marché reste très confortable. Qui plus est, par sa capacité à drainer une clientèle jeune dans les magasins, le pager, au-delà de la concurrence de plus en plus sévère exercée par les téléphones mobiles, reste un produit très intéressant pour la grande distribution. Surtout à l'approche des fêtes, moment traditionnellement fort de l'année pour le produit.

3 Téléphonie résidentielle : les sans-fil résistent

Pour le marché de la téléphonie résidentielle, les neuf premiers mois de l'année ont été, comme l'an dernier, synonymes de forte pression sur les prix moyens. Conséquence : les progressions, souvent fortes en volume, ne compensent pas la tendance baissière. Au-delà de ce mouvement global, c'est l'avènement du sans-fil qui fait plus que se confirmer puisque, avec ou sans répondeur, ces produits sont les seuls à afficher une évolution en valeur positive. Il est vrai que cette dernière famille de produits est fortement soutenue par la percée des modèles à la norme DECT qui représentent d'ores et déjà 6% en volume et 12% en valeur des produits sans fil.

4 les hypermarchés drainent la moitié des volumes

Face aux hypers, seuls les revendeurs traditionnels résistent, mais à respectueuse distance. En fait, la seule faiblesse du canal leader reste sa relative incapacité à vendre les produits « chers », soit les deux familles de produits sans fil, qui sont les seules à afficher de fortes croissances. Il ne faut pas chercher d'autre explication à la performance des GSS qui, malgré une régression de leur part de marché en volume, voient leur influence en valeur s'accroître légèrement. Avec ou sans fil, la différence de prix reste importante. Qui plus est, dans le cas des terminaux à la norme DECT, les « plus » produits sont difficiles à démontrer sur le lieu de vente.

5 avec une forte pression sur les prix moyens

Six familles de produits, six chutes de prix moyen supérieures à 14% ! Très présents dans les hypers, les industriels asiatiques (Logicom, Karman ) mènent la vie dure aux gammes des Philips, Matra, Alcatel et autres Siemens. Leader avec plus de 30% de part de marché en volume, Philips, pour limiter l'implantation des asiatiques, a choisi depuis longtemps d'être lui aussi très agressif sur les prix. Une stratégie qui pérennise la dégringolade des prix moyens. Observée sur le segment des sans-fil, la baisse la plus réduite (14%) n'est qu'un effet de mix-produit. En effet, le prix moyen d'un sans-fil à la norme DECT est aujourd'hui voisin de 1400 F. Un soutien appréciable pour le prix moyen de l'ensemble du segment.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA