Mobilier Européen/Fly : 9 offres de reprise recevables et 1000 emplois menacés

|

Sur les 21 offres de reprise concernant les enseignes Fly, Atlas et Crozatier, 9 vont finalement être remises au Tribunal de grande instance de Mulhouse aujourd'hui. Elles concernent 52 magasins et 1009 emplois, soit la moitié du parc et des salariés du groupe Mobilier Européen.

La moitié des salariés du groupe Mobilier Européen (au mieux) devraient perdre leur emploi. Verdict attendu mi novembre.
La moitié des salariés du groupe Mobilier Européen (au mieux) devraient perdre leur emploi. Verdict attendu mi novembre.© Morgane-Lalala // Creative Commons Wikipedia

Le démantelement du groupe Mobilier Européen se précise jour après jour. Les offres de reprise des différentes enseignes Fly, Atlas et Crozatier, dont LSA avait publié le détail complet au début du mois, avaient jusqu’au 24 octobre pour être améliorées. Au terme de cette étape, 9 offres ont été retenues sur un total de 21, et concernent 1009 salariés sur un total de 2076, en ne tenant compte que des magasins détenus en direct par Mobilier Européen. Ces offres, dont la plus importante porte sur 41 magasins Fly (émanant de Nicolas Finck, directeur financier de Mobilier Européen) seront remises au TGI de Mulhouse aujourd’hui, qui les étudiera et devrait se prononcer mi novembre. Dans le détail, 124 propositions de reclassement accompagnent ce chiffre, ce qui laisse 981 emplois sans perspective de reprise ou de reclassement. Une enveloppe de 20 millions d’euros a d'ores et déjà été prévue par le groupe pour "garantir des indemnités aux personnes qui perdraient leur emploi".

 

Mobilier européen, doublement handicapé par la concurrence et la conjoncture

Sur le plan des magasins, les différentes offres de reprise couvrent 52 des 95 points de vente détenus en propre. "Les trois enseignes du groupe sont concernées par des offres et devraient donc continuer d’exister", a souligné la direction. Les réseaux de franchises (48 magasins au total et 1600 salariés) font également l’objet d’offres fermes. Parmi les offres de reprise, celle de Nicolas Finck propose un repositionnement de Fly en développant l’offre de produits de décoration, pour se distinguer de ses concurrents type Ikea et Alinea. La deuxième offre en termes d’importance émane de But, qui propose la reprise de 6 magasins et 228 salariés, ainsi que 119 propositions de reclassement. La société Casalys s’est elle portée candidate à la reprise de 4 magasins Crozatier alors que l’offre de la société Arum, trop vague, n’a finalement pas été retenue. Placé en redressement judiciaire depuis quelques semaines, le groupe Mobilier Européen, propriété de la famille alsacienne Rapp, a vu sa situation de dégrader très rapidement en quelques années.

Dans leur rapport au tribunal, les administrateurs judiciaires ont indiqué que "les raisons de cette faillite tiennent pour l’essentiel à des facteurs macro-économiques". Ciblant les jeunes et les primo- accédants, le groupe "subit de plein fouet la crise du logement, le chômage des jeunes et la difficulté pour eux d’accéder au crédit", ainsi que l’ouverture de milliers de mètres carrés supplémentaires alors même que le marché de l’ameublement se contracte. "Le groupe Rapp, qui fut pionnier de ce secteur, n’a pas pu, ou pas su résister, dans ce contexte, à la concurrence de mastodontes", concluent les administrateurs judiciaires.

Le calendrier
- 17 septembre 2014 : placement du groupe en redressement judiciaire
- 7 octobre : délai limite de remise des offres fermes (24 offres déposées)
- 24 octobre : délai limite pour améliorer les offres fermes. Au terme d’un réexamen, 9 offres sont jugées recevables sur les 21 offres confirmées et améliorées
- 29 octobre : Dépôt des 9 offres finales devant le Tribunal de grande instance de Mulhouse
- Mi novembre : le TGI de Mulhouse doit se prononcer sur l’ensemble du plan de cession
Le Groupe Mobilier Européen :
Crée en 1959 à Mulhouse, il emploie 2076 salariés, auxquels s’ajoutent 1600 salariés pour les franchises, aux travers de 3 enseignes :
- Fly, positionné sur le « jeune habitat » : chiffre d’affaires de 450 millions (60 magasins en propre)
- Atlas (moyenne gamme) : chiffre d’affaires de 224 millions (23 magasins en propre)
- Crozatier (moyen-haut de gamme) : chiffre d’affaires de 70 millions (12 magasins en propre)
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message