Mobilisation des éleveurs laitiers contre Lactalis

|

La filière laitière est sous haute tension. Les éleveurs ont décidé d’occuper, à partir du 22 aout et pour une durée illimitée, le siège du leader laitier Lactalis, qui les rémunère moins que les industriels concurrents.

Les producteurs laitiers veulent se faire entendre en bloquant le siège du leader laitier Lactalis à Laval, à partir du 22 aout
Les producteurs laitiers veulent se faire entendre en bloquant le siège du leader laitier Lactalis à Laval, à partir du 22 aout© PhotoSG

« Lactalis ruine les éleveurs ». Un slogan qui a résonné cet été dans les magasins de la grande distribution, sur Internet, sur des banderoles… Les producteurs laitiers ont le couteau sous la gorge avec des cours mondiaux qui baissent depuis la fin des quotas laitiers en avril 2015 et l’embargo russe de 2014. Si le prix du lait payé est supérieur en France que dans le reste de l’Europe (275 euros les 1 000 litres en France contre 235 euros pour l’Allemagne et les Pays-Bas), les éleveurs ont pris pour cible le géant laitier Lactalis (Bridel, Président, Lactel…), car ce dernier indemnise 10 à 30 euros de moins que les autres concurrents du marché Danone, Bongrain, Bel, Sodiaal. Le leader du secteur collecte 20 % du lait français auprès de 17 000 éleveurs.

Durée indéterminée

Ainsi, à l’initiative des Fédérations départementales des syndicats, de la FNSEA et de la FNPL, les producteurs de Normandie, Bretagne et Pays-de-la-Loire ont prévu d’occuper à partir du 22 aout le siège de Lactalis à Laval (Mayenne), pour une durée indéterminée. Déjà le 5 aout, une centaine de producteurs avait manifesté devant l’usine Lactalis de Sainte-Cécile, dans la Manche. Aujourd’hui, les producteurs réclament une revalorisation à 340 euros les 1 000 litres.

Le gouvernement demande d’ouvrir le dialogue

La manifestation des éleveurs cette semaine n’a rien d’un hasard. Le monde politique fait sa rentrée et un Conseil des ministres européens de l’Agriculture est prévu ce jeudi à Bruxelles. Déjà, Stéphane le Foll, le ministre de l’Agriculture, a demandé aux parties, Lactalis et les producteurs, d’ouvrir l.e dialogue. Il a également indiqué que le gouvernement était prêt à entrer en médiation et à aider à débloquer cette situation. Le groupe laitier Lactalis, qui est conscient des difficultés rencontrées par les producteurs, a appelé au calme ce matin et a indiqué qu’il était prêt à recevoir les organisations de producteurs pour discuter avec elles des prix du lait. En revanche, il mentionne que cette crise est d’abord et avant tout une crise de surproduction et dénonce le discours irresponsable du syndicalisme agricole. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter