Modems : des croissances à deux chiffres

· Le marché du modem profite à plein de l'essor de l'informatique grand public et affiche un solide potentiel.

Difficile de se faire une idée précise du marché français des modems. Il s'en serait vendu entre 950 000 et 1 100 000 en 1996. Un écart dû probablement aux différents aspects que peut prendre le produit. Disponible sous forme de boîtier externe, il est parfois directement intégré au PC (carte modem). Dès lors, en fonction du lieu d'assemblage de la machine, il peut arriver que certains passent au travers des mailles de la comptabilité.

Reste que les US Robotics, Olitec et autres Hayes, Diamond ou Motorola soulignent tous la croissance rapide et importante de ce marché. Chez le dernier cité, Jacques Brulon, responsable du département grand public, parle d'une croissance annuelle de 30% (en volume). Croissance à laquelle contribuent les canaux de distribution grand public, de la Fnac aux GSA.

Le modem profite à plein de l'essor de l'informatique grand public mais aussi de fonctions comme l'échange de fichiers entre ordinateurs distants, la messagerie, l'émulation Minitel, le jeu en réseau, sans parler d'Internet.

Marché à fort potentiel donc. Marché pérenne aussi. Précision utile puisque, il y a quelques années, certains professionnels pariaient sur une intégration systématique au coeur des micro-ordinateurs et sur une disparition quasi totale des modèles vendus à l'unité. Aujourd'hui, il apparaît que le modem a au moins quelques belles années à vivre dans le linéaire.

D'abord, la volonté des constructeurs de proposer des machines peu onéreuses empêche l'intégration systématique dans les PC. Ensuite, les performances des modems évoluent très vite. Ce dynamisme technologique empêche lui aussi la cannibalisation du marché par celui des micro-ordinateurs. Et ce d'autant plus que le monde des modems connaît encore quelques problèmes de normalisation. Exemple avec les tout nouveaux modèles 56 Kbps (56 000 bauds par seconde), terrain d'affrontement entre deux technologies (incompatibles) défendues d'un côté par US Robotics avec son Sportster MessagePlus (annoncé pour la fin du mois), de l'autre (liste non exhaustive) par Motorola avec la gamme Voice SURFR, Hayes avec la gamme Accura, Diamond (SupraExpress 56e), et bien sûr Olitec (Speed Voice).

Reste à espérer que, dans le rayon, les vendeurs auront été formés pour expliquer l'avantage et les limites de la technologie 56Kbps (téléchargement de fichiers Internet plus rapide) et donc pour, éventuellement, conseiller l'achat d'un modèle plus classique à 28 800 ou 33 600 Bps
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1543

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message