Monique Rannou, Salaisons Ranou : Une femme de marque

Aux commandes de la plus prestigieuse marque propre d'Intermarché, Monique Rannou en renouvelle l'offre et la communication.

Faire de son nom la marque de l'entreprise (en supprimant un « n » par souci de simplicité orthographique), la démarche est classique pour beaucoup de patrons de PME. Ce qui l'est moins, c'est d'abandonner 35 % de son capital à son premier client, Intermarché, devenant ainsi l'une de ses marques propres. Mais la patronne des Salaisons Ranou, à Quimper (128 millions d'euros de CA, 517 salariés) ne regrette pas d'avoir fait, en 1992, ce choix : « Si nous sommes devenus la deuxième marque française derrière Herta, avec 12 % de part de marché, c'est grâce à la qualité de notre production. Nous ne sommes pas sur un marché captif, chaque adhérent d'Intermarché nous met en concurrence avec les autres marques.»

Cette pugnacité, les téléspectateurs en ont, de nouveau, un aperçu jusqu'au 12 juillet. La campagne, qui reprend le message « Monique Ranou, c'est si bon de faire confiance à une femme », est destinée à soutenir deux lancements : les Jambons Saveurs, aux herbes et aux poivres, qui viennent compléter l'offre de jambons supérieurs, et Instants Coktail, une gamme de dés de jambon aux herbes et de volaille aux olives, qui entend bien surfer sur la vague du snacking.

Une femme de marketing, Monique Rannou ? C'est bien parce qu'elle avait ce talent décisif, que son mari, Jean-Pierre, décida en 1967 de lui laisser la direction de l'entreprise pour se réserver le domaine technique où il excelle, par simple souci d'une répartition optimale des compétences. Sacrée lucidité et beau courage, dont l'entreprise n'a eu qu'à se féliciter. Car Monique Rannou fixa à la charcuterie quimpéroise un objectif simple mais qui s'avéra déterminant : faciliter la vie des femmes.

Un premier jambon cuit sous vide, qui valut à la société le Prix Recherche et développement au Sial 1980, fut suivi de jambons de dinde et de poulet pour les consommateurs appréciant la chair blanche, réputée moins grasse. Puis d'émincés de jambons et de dés de blanc de volaille pour transformer, en quelques instants, une salade en plat principal.

Dans le même temps, la construction d'une station d'épuration intégrée lui assure une réputation d'entreprise respectueuse de son environnement. Et la certification Iso 9002, celle d'une société en pointe en matière de sécurité alimentaire. Deux puissants atouts pour aborder les années 2000. Avec le marketing, bien sûr ! Car Monique Rannou affine aujourd'hui le concept qui lui a réussi : « Notre objectif, maintenant, c'est de déculpabiliser la maman qui travaille »
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1731

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous