Motorola n'est plus un cloneur Macintosh

Motorola a annoncé le 11 septembre l'arrêt de son activité de constructeur de systèmes compatibles Mac OS. « Une réponse à la volonté de Apple de limiter l'introduction des nouvelles technologies de Motorola et de lui interdire l'accès aux licences des versions futures de son système d'exploitation », a commenté le groupe, un des leaders mondiaux dans les radiocommunications et les semi-conducteurs.

Ainsi, quelques jours après le rachat de Power Computing par Apple, Motorola tire les leçons du revirement stratégique opéré par la firme à la pomme. Il y a quelques mois, la décision de permettre à d'autres constructeurs de « cloner » Mac OS était en effet présentée chez Apple comme « la » solution pour regagner des parts de marché face au tout-puissant Windows, le système d'exploitation concurrent de Microsoft.

Toujours privée de PDG depuis l'éviction de Gil Amelio en juillet, Apple a donc changé d'avis. Elle avait pourtant conclu un accord de principe avec Motorola en juin. Celui-ci portait sur les versions futures du Mac OS, et sur la technologie CHRP que Motorola désirait intégrer aux cartes mères des StarMax, la gamme Mac OS de la firme de Tempe (Arizona).

La décision de Motorola est importante pour toute la distribution. Et d'abord pour les spécialistes des machines Apple. Ainsi le groupe IC en France, qui achetait auprès de Motorola les cartes mères lui permettant de produire des micro-ordinateurs compatibles Mac OS sous sa propre marque. « Nous continuerons à fabriquer et à vendre des micro compatibles Mac OS tant que Motorola pourra nous livrer la génération actuelle des cartes mères et tant qu'elles seront adaptées aux besoins du marché », commente Alain Drozd, PDG d'IC. Le choix de Motorola intéresse aussi les hypermarchés, par nature attentifs au destin d'Apple. Certains acheteurs pourront, a posteriori, se sentir confortés dans leur choix de ne plus référencer les Macintosh.

De son côté, Motorola a précisé que, « pour ne pas pénaliser les utilisateurs actuels et futurs des machines StarMax » - en vente jusqu'à la fin de l'année -, la durée du support téléphonique gratuit serait portée de quatre-vingt-dix jours à un an. La garantie de cinq ans restant évidemment valable.

Au-delà, le dossier « clone » pourrait avoir d'autres conséquences beaucoup plus importantes. En effet, Motorola reste fournisseur et partenaire technologique d'Apple dans le cadre du programme Power PC (le processeur codéveloppé par Motorola, Apple et IBM) qui équipe, entre autres, les Macintosh actuels. Un enjeu beaucoup plus important pour les deux sociétés.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1552

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message