Mousseux : un repérage selon les qualités

Système U Ouest n'a pas attendu les préconisations des industriels pour bâtir son plan d'implantation du rayon. Objectif ? Distinguer les AOC des vins mousseux de qualité.

Système U exploite différents types de magasins : les Marché U (800 m2), les Super U (1 200-1 600 m2 ou 1 800-2 500 m2) et les Hyper U (plus de 2 500 m2). En matière de vins effervescents, la centrale de Carquefou, dans la Loire-Atlantique, propose deux logiques d'implantation : 1 ou 1,5 élément de 5 étagères pour les deux premières catégories de magasins, 2 ou 3 éléments pour les deux autres. Avec une constante : les mousseux, aromatisés ou non, voisinent avec les champagnes. Centrale régionale, Système U Ouest surexpose les saumurs, vouvrays effervescents et crémants de Loire, en toute logique.

Implantation horizontale ou verticale

Dans ses supérettes et ses petits supers, la centrale préconise une implantation horizontale sur 3 étagères. Les mousseux cuve close à la base, les VMQ (vins mousseux de qualité comme Café de Paris, Charles Volner ou Kriter) au centre, les AOC (saumur, vouvray, crémants, blanquette de Limoux, clairettte de Die ) juste sous les champagnes.

Pour ses grands supers et ses hypers, elle préfère une logique d'implantation verticale. Les champagnes se situent en entrée de rayon, la frontière avec les autres vins effervescents étant matérialisée par les mousseux ou pétillants aromatisés.

Les mousseux cuve close constituent la base du linéaire. Puis viennent les vins mousseux de qualité, alignés sur l'étagère centrale avec certaines appellations et, enfin, ces dernières, présentées pour l'essentiel sur les deux étagères supérieures.

Chacun sa place

La distinction entre vins mousseux de qualité et AOC mériterait d'être renforcée, estiment les producteurs d'effervescents à appellation. Quatre firmes (Ackerman, Aimery, Clairdie et Veuve Ambal) viennent de se regrouper dans une association loi de 1901 afin d'aider les distributeurs à mettre de l'ordre dans leur rayon mousseux. Objectif : dresser un plan merchandising de ce linéaire et donner une véritable préconisation à l'horizon juin 1999.

« Actuellement, aucune implantation n'est satisfaisante, regrette Marc Delattre, directeur commercial d'Aimery. Chaque plan devrait être adapté à chaque région. Et, surtout, les AOC doivent être franchement séparées des VMQ, qui, eux-mêmes, doivent être distingués des mousseux cuve close. Par ailleurs, toutes les appellations doivent être présentes. »
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1603

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous