Mr Bricolage dit non à Kingfisher

|

Le conseil d'administration de Mr Bricolage, réuni le 20 mars 2015, vient de trancher : à la majorité de ses membres, il estime que les engagements pris par le Britannique Kingfisher dans le cadre du processus de rachat de Mr Bricolage pouvaient « nuire gravement » aux intérêts du groupe.

Le conseil d'administration de Mr Bricolage dit non au mariage avec Kingfisher.
Le conseil d'administration de Mr Bricolage dit non au mariage avec Kingfisher.

Le conseil d'administration de Mr Bricolage, réuni le 20 mars 2015, vient de trancher : à la majorité de ses membres, il estime que les engagements pris par le Britannique Kingfisher dans le cadre du processus de rachat de Mr Bricolage pouvaient « nuire gravement » aux intérêts du groupe.

Fiançailles rompues

Pour autant, à aucun moment, dans le communiqué, il n’est fait mention, clairement, que cette décision venait mettre un terme définitif à l’opération de rapprochement, qui devait accoucher d’un nouveau leader sur ce marché, devant Adeo/Leroy Merlin. Des précautions sémantiques qui, toutefois, ne laissent guère de doute : des fiançailles, annoncées en grande pompe en avril 2014, ne naîtra sans doute pas le mariage tant attendu.

Selon le conseil d’administration de Mr Bricolage, « les engagements que Kingfisher proposait de soumettre en vue d'obtenir l'autorisation de l'Autorité de la concurrence n'étaient pas compatibles avec les fondamentaux du projet et pouvaient nuire gravement aux intérêts de Mr Bricolage et donc de ses actionnaires ».

La famille Tabur à contre-courant

Cette position a été exprimée par la majorité des membres du conseil d'administration, mais le groupe indique toutefois que les représentants de la famille Tabur, deuxième actionnaire avec 25,3% du capital, ont, eux, voté contre cette décision.

Ce qui laisse ainsi entrevoir que les débats, en interne, ont dû être nourris et longs. Au cœur du problème figure notamment le fait que « les engagements proposés par Kingfisher, s'ils avaient été mis en oeuvre, auraient conduit en France à la sortie définitive du groupe Mr Bricolage d'un nombre très élevé de magasins à enseigne Mr. Bricolage et Les Briconautes et, en outre, à la cessation des relations du groupe Mr Bricolage avec certains magasins

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message