Mulliez, un "empire" à part

Originaire du Nord, la famille Mulliez a peu à peu délaissé l'industrie textile pour se lancer dans le commerce, dès la fin des années 40 avec Phildar et, depuis, avec le succès que l'on sait. Aujourd'hui, l'esprit entrepreneurial n'a pas changé, mais se porte sur la diversification des enseignes existantes.

"Les gens du Nord sont des entrepreneurs !" Pour Gérard Mulliez, rien d'étonnant donc au fait que la grande distribution se soit développée au pays des Ch'timis. En trente ans, sa famille a créé un véritable empire de la distribution dont les enseignes sont souvent leaders dans leur domaine : Auchan, Décathlon, Boulanger, Leroy Merlin, Saint-Maclou, Norauto, Kiabi, Flunch, etc. L'ensemble pèse plus de 200 milliards de francs de chiffres d'affaires (30,49 Mrds d'EUR), emploie 170 000 salariés ; son patrimoine immobilier constitue une réserve financière colossale.

Ces enseignes ont un point commun : leur capital est détenu par l'association familiale Mulliez au sein du fonds commun de placement Cimovam (plus de 400 membres). Si tous les portefeuilles ne se valent pas, chaque actionnaire est animé par la même philosophie. Défendant les valeurs du catholicisme social, particulièrement ancrées au sein du patronat nordiste, elle trouve ses fondements dans l'encyclique de Jean XXIII, du 15 mai 1961 : « Mater et magistra. » Le chapitre consacré à la propriété privée et à son partage a inspiré les Mulliez. En particulier Francis, ancien directeur général de Phildar et président de l'association familiale de 1971 à 1982, qui proposa, dès 1974, la participation des salariés au capital. Aujourd'hui, la plupart des enseignes ont adopté ce que Jean XXIII écrivait à ce sujet : "[...] Affirmer que le caractère naturel du droit de propriété privée concerne aussi les biens de production ne suffit pas. Il faut insister pour qu'elle soit effectivement diffusée parmi toutes les classes sociales. » Autre credo : se préserver des lois capitalistes et boursières jugées subversives. "L'évaluation boursière d'une entreprise n'est jamais fixée sur sa rentabilité, ses performances réelles mais sur la loi de l'offre et de la demande. 98 % des salariés d'Auchan sont actionnaires, c'est un système qui leur apporte une sécurité réelle et une liberté de comportement", précise Gérard Mulliez.
 

Un système d'aide bien rodé

Au sein de la famille, chacun sait qu'il ne suffit pas d'en faire partie pour créer son affaire et bénéficier d'un soutien. "Chez nous, le diplôme c'est la faculté d'entreprendre", rappelle Gérard Mulliez. Le système consiste à évaluer collégialement chaque projet pour savoir s'il mérite de bénéficier de l'accompagnement et de l'expérience des anciens. Parmi eux figurent les fondateurs qui se retrouvent au sein de chaque conseil de surveillance. C'est là que les synergies jouent en respectant l'identité de chacun.

La plupart des enseignes ont été créées dans les années 60-70 ; depuis, rares ont été les nouveaux projets à se concrétiser. Les règles de développement se sont durcies et les moyens financiers sont, désormais, consacrés à l'international. Malgré tout, des nouveaux ont vu le jour ; dans la plupart des cas des diversifications. Ainsi, Top Office, spécialiste du matériel de bureau, lancé en 1996 par Kiabi, vient d'ouvrir à Creil son douzième point de vente ; Cosily, filiale de Saint-Maclou spécialisée dans le linge de maison, fondée par Germain Mulliez en début d'année à Villeneuve-d'Ascq. Ou encore, Tel and Com, spécialisé en téléphonie mobile lancée en 1995 par Norauto. Enfin, Youg's, une exception, l'enseigne de distribution informatique, dont le premier magasin a ouvert en avril, à Villeneuve-d'Ascq, a été créée par Hugues, l'un des fils du fondateur de Pic Wic, Stéphane Mulliez. Mais sans le soutien financier de l'association familiale ou d'une des enseignes de la galaxie Mulliez.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1700

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous