Multiplication des sites payants de musique sur internet

|

L'internet va proposer désormais de la musique par abonnement, au mois et à la carte.

Mais pour l'industrie du disque, à l'origine de ce modèle, le cauchemar du Net n'est pas pour autant dissipé, nombre de sites gratuits ayant pris le relais du défunt Napster. Le site américain Listen.com lance lundi Rhapsody, un des premiers services par abonnement dignes de ce nom, qui proposera l'accès à des milliers de chansons moyennant 5,95 à 7,95 dollars par mois. Rhapsody puisera d'abord dans les catalogues de maisons indépendantes, mais négocie l'accès aux artistes des cinq grands groupes mondiaux d'édition musicale : Universal Music, Sony Music, Warner Music, Bertelsmann Music (BMG) et EMI. "Nous espérons pouvoir proposer les cinq Majors au plus tard d'ici la mi-2002", souligne un porte-parole de Listen.com, Matt Graves, à San Francisco (ouest). Une des plus grosses initiatives soutenues par l'industrie du disque -- en l'occurence Warner Music, BMG et EMI -- se concrétisera mardi avec le lancement de RealOne par la société américaine RealNetworks. Pour environ 10 dollars par mois, les abonnés devraient pouvoir télécharger 75 à 100 chansons, soit l'équivalent de sept à huit CD. Une plateforme concurrente, pressplay, créée par Universal Music et Sony Music, doit faire ses débuts le 21 décembre, selon des sources du secteur, mais demeure tout aussi secrète sur son contenu. Les portails Yahoo et MSN (Microsoft) seront parmi les premiers à la proposer. L'expérience sera limitée dans un premier temps aux Etats-Unis, les problèmes de droits d'auteur n'étant pas résolus en Europe. Ces nouveaux services font pâle figure toutefois par rapport à Napster, qui a dû fermer ses portes en juillet. Avec les nouveaux services payants, les abonnés ne pourront pas transférer la musique de leur PC vers des baladeurs numériques ou des ordinateurs de poche, ni la graver sur des CD, l'industrie du disque redoutant le piratage. 
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter