Naturalia performe en 2019 mais craint les conséquences de la crise

|

L’enseigne de distribution de produits bio, Naturalia, qui appartient au groupe Casino, signe une année 2019 exceptionnelle, tant au niveau de son développement que sur la croissance de son chiffre d’affaires. Si la période de confinement a accéléré les ventes, l’avenir est incertain, notamment en ce qui concerne l’impact du pouvoir d’achat sur le commerce.  

Naturalia a vu son chiffre d'affaires progresser de 11,7 % en 2019
Naturalia a vu son chiffre d'affaires progresser de 11,7 % en 2019© © Naturalia

Chez Naturalia, enseigne de distribution de produits bio (Casino), les indicateurs sont au beau fixe pour l’année 2019. Le chiffre d’affaires, de 320 millions d’euros, est en croissance de 11,7 %, un résultat deux fois plus important que celui enregistré par le circuit spécialisé. « C’est la troisième année consécutive que nous sommes très dynamiques. Et ce succès, nous le devons à notre stratégie de commerçant engagé qui place le client au centre de nos priorités », confie Allon Zeitoun, directeur général de Naturalia.

21 ouvertures

Sur l’année passée, le distributeur a inauguré 21 magasins, dont 55 % en franchise, sur un parc total de 210 points de vente. « Aujourd’hui, il nous manque deux régions de France », ajoute-t-il. 2109 a également été marquée par la mise en place d’un nouveau concept Marché Bio, sur un format halles, dont le 1er a été inauguré en avril dernier à Brétigny-sur-Orge (Essonne). Depuis trois autres ont été ouverts. Sur l’e-commerce, Naturalia, qui a rénové sur site en 2017, a enregistré une croissance des ventes de 24 % et de 36 % pour la livraison en J+1 pour l’Île-de-France. Enfin, sur ses magasins Origines et Vegan, les ventes ont en moyenne augmenté de 20 %. Au niveau de l’offre, Naturalia a référencé plus de 1 600 nouveaux produits, dont 100 pour sa MDD et le vrac est passé de 140 à 200 références.

Ventes en croissance de 40 % pendant le confinement

Après des résultats très encourageants en 2019, le début de l’année 2020 a pris un tournant différent avec la crise sanitaire du Covid et le confinement. « Ça a été une période intense qui nous a repositionné dans notre mission de nourrir les Français. Nous avons dû gérer nos capacités pour répondre à la demande des consommateurs, sécuriser nos approvisionnements, assurer la sécurité sanitaire pour nos salariés, renforcer les équipes (300 personnes recrutées), et réinventer les courses », détaille Allon Zeitoun. Sur cette période, le distributeur a enregistré une croissance de son chiffre d’affaires de 40 %, avec un panier moyen en progression de 70 %. Les ventes ont été multipliées par cinq sur l’e-commerce. « Depuis la levée du confinement, les ventes sont toujours très positives mais en deçà de ce que nous avons vécu entre mars et mai », ajoute-t-il. En revanche, le vrac, qui représente 5 % du chiffre d’affaires de l’enseigne, en croissance de 20 % par an, a fortement reculé, tout comme la boulangerie. « Les consommateurs ont privilégié les produits emballés pendant la crise. C’est à nous de travailler pour les faire revenir dans ces rayons », indique Allon Zeitoun.

Développement de l’omnicanalité

Pour la suite, Allon Zeitoun indique assurer la continuité du plan stratégique, tout en intégrant les conséquences de la crise, notamment dans les habitudes de consommation des Français. Dans ce sens, le distributeur va travailler son omnicanalité avec le développement du service de livraison en J+1 en région, du click & collect (60) et du drive (4). Il table également sur 20 inaugurations pour 2020 (60 % en milieu urbain et 40 % pour le péri-urbain avec Marché Bio), dont 50 % en franchises. Par ailleurs, il va continuer à accroitre son offre de produits locaux et de made in France (90 % actuellement). Enfin, Naturalia ambitionne d’être certifiée B-Corp dans le courant de l’année.
Pourtant, si le directeur général indique que l’enseigne est armée pour faire face à la crise, il livre en revanche certaines inquiétudes. « Nous avons noté un engouement des consommateurs pour les produits bio pendant la crise mais on ne sait pas quel va être l’impact du pouvoir d’achat sur le commerce », explique-t-il.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.