Négociations ardues chez Carrefour

Soumises à la signature jusqu'au 31 mars, les propositions de Carrefour en matière de salaires, qui aboutiraient, selon l'enseigne, à « une amélioration de pouvoir d'achat de 3,2% », ne recueillent guère l'approbation des syndicats. À commencer par Force ouvrière, syndicat majoritaire, qui appelle à la grève, le 9 avril, pour protester contre « les augmentations indécentes proposées par la direction, de 1% en mars et de 1% en octobre, alors que Bernard Arnault et Colony Capital ne raisonnent qu'en réduction des coûts et baisse des effectifs ». La remise sur achats, qui passerait de 7 à 10%, n'a pas plus de succès. « Nous voulons des augmentations de salaires, pas une obligation de consommer chez Carrefour », martèle F.O..

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2175

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous