Négociations commerciales: la pression est restée vive jusqu’au dernier moment

|

Des courriers recommandés ont été envoyés par les centrales d’achat à certains fournisseurs pour leur enjoindre de clôturer les négociations, sous peine de rupture de la relation commerciale. La pression pour parvenir à conclure à la date vient peut-être du renforcement des pouvoirs de la DGCCRF en la matière...

Les négos se sont crispées dans les derniers jours
Les négos se sont crispées dans les derniers jours

LSA a pu prendre connaissance de quelques courriers transmis par des centrales d’achats à leurs fournisseurs, afin que ces derniers acceptent de signer les accords avant le 1er mars, comme prévu par la loi. Les enseignes y étaient visiblement particulièrement attachées. D’une part, parce qu’elles sont les seules exposées à des poursuites de la DGCCRF, d’autre part parce que celle-ci dispose pour la première année de la possibilité d’infliger des amendes administratives, qui ne peuvent être contestées que devant les tribunaux administratifs.

Menace de rupture

Les premiers courriers ont été envoyés en octobre : «Dans le cas où nous ne trouverions pas d’accord à une date convenue, nous serions dans l’obligation d’opérer au déréférencement d’une partie de votre gamme de produits substituables», indique l’une des missives. «Nous voulons respecter les obligations légales mais il ne semble pas que cette volonté soit partagée par votre société.  Nous prendrons acte de la situation ayant pour conséquence la rupture de la relation commerciale». «En cas d’impossibilité de conclure un accord pour l’année 2015, nous serons dans l’obligation d’arrêter les commandes pour respecter le délai légal», indiquent deux autres courriers.

La plupart des contrats signés

Les négociations ont donc bel et bien donné lieu à des joutes, même si LSA est bien évidemment incapable de vérifier la raison des désaccords entre les centrales d’achats et leurs fournisseurs. La pression est donc restée vive jusqu’au dernier moment. Mais il semble tout de même que tous les contrats aient été signés à la date légale et même si d’aucuns craignent que les négociations se réouvrent sous peu pour négocier vraiment le plan d’affaires après avoir négocié les prix… 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter