[Négociations commerciales] Les distributeurs et les industriels se renvoient la balle sur les baisses de prix

Pour Jacques Creyssel, le président de la FCD, les négociations ont duré “jusqu’au bout bout” avec les grands groupes, compte tenu de “leurs marges”, mais pas avec les PME. De son côté, l’Ania évoque des baisses de prix de 3 à 6 % et la Feef estime que les PME “ont trop servi de variable d’ajustement”.

Partager
[Négociations commerciales] Les distributeurs et les industriels se renvoient la balle sur les baisses de prix
Le président de la FCD, Jacques Creyssel. Pour lui, les négociations n'ont été rudes qu'avec les grandes entreprises qui ont des marges élevées

Guerre de déclarations après la fin des négociations qui viennent de se clore le 29 février 2016. Les distributeurs et les industriels se renvoient la balle sur leur déroulement, qui aurait eu lieu jusqu’à minuit pour obtenir des baisses de prix. D’après nos sources, en réalité, des négociations se déroulent encore actuellement pour boucler des dossiers, et des entreprises seraient déréférencées dans l’attente de conclusions plus conformes à celles des acheteurs.

Mais Jacques Creyssel, président de la FCD, a pris soin de distinguer les négociations selon les tailles d’entreprise. "Les négociations avec les PME sont terminées depuis longtemps. Celles qui viennent de s'achever concernent les très grands groupes. Quand on voit l'évolution de leurs marges, on a de quoi négocier jusqu'au bout", a-t-il dit sur France Info. Danone, Nestlé, Unilever ou L’Oréal viennent en effet de publier des résultats en hausse, qui n’ont pas échappé à l’oeil des enseignes.

La puissance des alliances à l'achat

Les alliances à l’achat entre Auchan et Système U et Casino et Intermarché ont “pour la première année joué leur plein effet vis à vis des 60 plus grandes entreprises, admet un proche du dossier. On arrive à une baisse de prix moyenne de 2 %, ce qui n’est pas étonnant compte tenu des baisses des prix du pétrole. Les gains de productivité des fournisseurs ont été pris en compte”. Et d’indiquer que si des fournisseurs se plaignent des alliances, d’autres préféreraient négocier avec celles-ci compte tenu de leur potentiel, mais les enseignes se sont engagées à séparer les négociations selon la taille des entreprises auprès de l’Autorité de la concurrence, qui veille.

Evidemment, cette approche n’est pas partagée par les industriels. "Les demandes de baisses de prix ont pu atteindre 3% à 6% et l'Ania a reçu plus de 300 signalements de comportements abusifs", a déclaré à Reuters son président Jean-Philippe Girard, évoquant des demandes baisses de prix abusives, des menaces de déréférencements ou des menaces verbales. "Il n'y a eu aucun changement de comportement de la part des distributeurs. Les négociations ont été pires qu'en 2014", a-t-il précisé, appelant à des "négociations responsables et solidaires pour la reconstruction d'une filière".

La Feef soutenue par les dirigeants masi pas par les acheteurs

Xavier Beulin, président de la FNSEA, avait même parlé de demandes de baisses de prix de 4 à 8 % selon les produits. Dans le lait - où la distribution rappelle que les cours ont chuté de 15 % - Stéphane Le Foll ministre de l’Agriculture, a assuré que les prix de 2016 seraient reconduits à leur niveau de 2015, ce que Jacques Creyssel confirme. Les prix des produits transformés n’auraient baissé que de 1 %, ce qui devrait laisser de la marge pour répercuter un meilleur prix d’achat aux producteurs. L’avenir le dira.

Enfin, la Feef, qui a multiplié les accords avec la distribution, la FCD, mais aussi tout récemment avec Intermarché, Auchan, E.Leclerc, Provera et Système U, n’est pas satisfaite non plus. "Les dirigeants des enseignes et des centrales d’achat nous soutiennent. Mais, dans le box, les négociations restent guidées par la guerre des prix. Il est temps d’y mettre un terme et de repenser le cadre général des relations commerciales pour redynamiser le commerce et donc la croissance"», explique Dominique Amirault, président de la FEEF, dans un communiqué. Pour l'instant, elles serviraient trop de "variable d'ajustement". La fédération de PME familiales va organiser un séminaire de débriefing des négociations, où Michel-Edouard Leclerc (E.Leclerc) et Patrick Espasa (Auchan) auraient prévu de se rendre...

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

B&M

Directeur de Magasin H/F - France entière

B&M - 10/10/2022 - Franchise - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

Détectez vos opportunités d'affaires

75 - AP HP

Fourniture de salades 5ème gamme mono et multi-portions.

DATE DE REPONSE 04/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par
Marchés Online

Les réseaux de Franchises à suivre

RAPID COUTURE

RAPID COUTURE

Réparez, Ajustez, Transformez

+ 2600 franchises référencées

Tout voir
Proposé par
Toute la Franchise

ARTICLES LES PLUS LUS