Neoshop ouvre sa boutique éphémère à Paris

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Neoshop, dont le concept est d'accompagner et aiguiller les start-up vers le succès, essaime. Après avoir ouvert sa boutique de Laval il y a deux ans, voilà maintenant sa boutique éphémère parisienne, rue Pierre-Fontaine, dans le IXème arrondissement. En attendant une implantation au Canada, à Montréal, en 2016.

Neoshop installe sa boutique éphémère, jusqu'au 27 décembre 2015, à La Fausse Boutique, rue Pierre-Fontaine, à Paris.
Neoshop installe sa boutique éphémère, jusqu'au 27 décembre 2015, à La Fausse Boutique, rue Pierre-Fontaine, à Paris.

Une boutique au service des start-up… Vous en rêviez ? Neoshop le fait. Deux ans après son installation à Laval, l’enseigne, dont la vocation est de servir d’incubateur aux start-up les plus innovantes, essaime et s’installe à Paris, pour un magasin éphémère, au sein de la Fausse Boutique, dans le IXème arrondissement de la capitale, rue Pierre-Fontaine.

Là-bas, jusqu’au 27 décembre 2015, une vingtaine de produits, entre 5 euros et 300 euros environ, sont proposés à la vente. Et ce dans des univers aussi divers et variés que la gastronomie, la mode ou les objets connectés. Parfait, en somme, pour quiconque cherche encore quoi offrir à Noël…

Accompagner et aiguiller les start-up vers le succès

On trouve ainsi, par exemple, les chaussures Alegory, dont LSA vous présentait le prototype l’année dernière, et dont le concept arrive maintenant à maturité commerciale. Imaginée par Grégory Guenoun il y a trois ans, en voyant son amie ôter ses chaussures à hauts talons après une soirée pour soulager ses pieds et mieux marcher, la chaussure Alegory propose des talons amovibles.

Un simple système de clips et le tour est joué : « Quatre formes de talons différentes, trois tailles et dix-huit couleurs : en tout, plus de 1500 possibilités, résume Grégory Guenoun. De quoi faire de ces chaussures un accessoire de mode qui s’adapte à ses envies du moment. » Comptez, pour se les procurer, ainsi que deux paires de talons fournies avec, sur 300 euros. Pour compléter le jeu des couleurs, il vous faudra ajouter 30 à 35 euros la paire de talons complémentaires.

« Neoshop nous a aidés dès les origines pour arriver à cette phase de commercialisation », se réjouit le créateur d’Alegory. Depuis les phases de R&D jusqu’aux analyses marketing, en passant par l’introduction dans les milieux industriels idoines, les équipes de Neoshop ont tout fait, avec celles d’Alegory, pour rendre ce moment possible. « C’est notre raison d’être, au sein de l’association Laval Mayenne Technopole, dont est issue Neoshop, que d’accompagner et aiguiller ces jeunes porteurs de projets innovants vers la réussite », précise Christian Travier, le directeur de l’association.

70 start-up soutenues en deux ans

En deux ans d’existence, 70 start-up ont déjà bénéficié de ce soutien. « Les produits de 30 à 40 d’entre elles sont en permanence exposés dans notre magasin de Laval, et une vingtaine à Paris, détaille le directeur. Chaque mois, nous en faisons rentrer entre 2 et 5 environ avec, pour chacune, la certitude de pouvoir se confronter, pour au moins six mois, souvent reconductibles, aux choix des consommateurs. Cela leur permet de tester leur concept dans une situation réelle de vente, et de l’adapter le cas échant. »

Association, et non distributeur au sens « j’ai les yeux rivés sur mon compte d’exploitation » du terme, Neoshop a pour vocation de faire l’interface entre ces start-up et leurs clients. Avant, finalement, de les voir s’envoler de leurs propres ailes. C’est ainsi que, par exemple, les lunettes de toilettes clipsables, d’abord lancées chez Neoshop, se retrouvent aujourd’hui chez Leroy Merlin, de même que la désormais fameuse couette à bras est maintenant vendue au BHV.

Alegory, 10 Vins ou encore Vinocasting

Alegory suivra peut-être ce chemin. De même que, pourquoi pas, 10 Vins, et son concept de vin au verre, pardon, au flacon : une sorte de tube à essai, 10 cl de vin dedans, à acheter en coffret ou à l’unité « pour découvrir de nouveaux cépages millésimés sans acheter la bouteille ». Ou encore Vinocasting, jeu de dégustation de vins à l’aveugle qui permet, après avoir dûment noté les six breuvages du coffret, via une application dédiée, de découvrir son degré d’appétence avec telle ou telle appellation.

Et donc, in fine, de mieux ensuite s’orienter vers le bon vin. Celui qui, assurément, saura satisfaire son palais délicat. « Il y a un an de travail derrière, avec des œnologues, pour aboutir à ce concept », dévoile Arnaud Champeau, le responsable commercial de Vinocasting. 450 appellations sont aujourd’hui répertoriées dans la base… Et Vinocasting a déjà écoulé 3.000 coffrets, via son site et via, aussi, sa boutique située rue Pouchet, dans le XVII7me arrondissement de Paris.

Neoshop bientôt au Canada

C'est pour Neoshop, à chaque fois, une occasion de se satisfaire pleinement. « En deux ans, 22.000 visiteurs ont franchi les portes de la boutique de Laval, précise Christian Travier, le directeur Laval Mayenne Métropole. C’est en forte progression d’une année sur l’autre et, surtout, le taux de conversion, c’est-à-dire le pourcentage de personnes qui achètent dans le magasin, est lui aussi bien orienté, à 17% aujourd’hui, ce qui est un excellent niveau compte tenu du caractère novateur et encore peu connu de notre concept et notre enseigne. »

Selon nos informations, le nombre de visiteurs, en une année, a doublé à Laval : 7.200 la première année, et donc 15.000 en année 2. Un bon signe qui permet à Neoshop, aujourd’hui, de redoubler d’ambitions : « Deux ou trois autres magasins éphémères à venir en 2016, avance Christian Travier. Mais, surtout, une ouverture prévue au Canada, à Montréal au troisième trimestre 2016. »   

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA