Nestlé valorise son activité Nutrition

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La division Nutrition de Nestlé multiplie les initiatives. Preuve que le « manger sain » devient un axe phare de la stratégie du groupe.

Depuis le mois de février, l'américain PowerBar fait partie des activités du groupe. Le nouvel arrivant n'est pas n'importe qui : avec un CA de 139 millions de dollars en 1999 (118 millions d'euros), c'est dans son pays le champion des barres énergétiques. L'opération le confirme : le numéro un mondial de l'alimentaire veut accroître ses efforts dans la nutrition et la santé. Tandis que « le consommateur se préoccupe de son alimentation et se tourne de plus en plus vers des produits contribuant à son bien-être », selon Nestlé.

Les divisions dédiées à la nutrition, créées aux États-Unis et en Europe en 1998 à l'initiative de Peter Brabeck-Letmathe, le patron du groupe, travaillent d'arrache-pied. Celle de Nestlé France (environ 2 Mrds F de CA, 304,9 M EUR) se fixe, pour cette année, une double mission : « Développer les activités de la nutrition infantile et de la nutrition clinique ; apporter une vraie valeur ajoutée nutritionnelle à l'ensemble des marques Nestlé », résume Laurent Freixe, son directeur général. Dans le domaine de la diététique infantile, les lancements se multiplient. Un lait épaissi, enrichi au Bifidus, décliné dans les versions premier et deuxième âges, sous la marque Nidal, est à l'ordre du jour. Nestlé annonce une offre complète de compotes, baptisée P'tit Goûter, riche de 4 références (100 % fruits ou fruits-céréales).

Des emballages plus informatifs

Enfin, pour les adultes, reprenant la formule d'Alburone, utilisée en milieu hospitalier, une nouvelle marque de substituts de repas, Nesvital, arrive en pharmacies et parapharmacies.

La division nutrition travaille aussi pour l 'ensemble du groupe : sur une nouvelle communication sur les emballages. Censée mieux informer le consommateur sur la composition du produit, elle concernera progressivement les 3 000 références Nestlé d'ici à la fin de l'année. Le département planche aussi sur la composition des recettes « dont l'amélioration sur le plan nutritionnel sert au développement d'autres produits ».

Certes, Nestlé n'est pas le seul à placer la nutrition et la santé au coeur de sa stratégie. Danone le fait déjà dans ses métiers stratégiques (biscuits, produits laitiers et eau minérale). Des géants de l'agroalimentaire, tel l'italien Parmalat, fabricant de produits laitiers, se veulent de véritables « entreprises nutritionnelles ».

Une menace pour les tenants de la diététique ? Le français Nutrition & Santé (groupe Novartis) dénonce « une surenchère autour de la nutrition qui doit être une affaire de spécialiste ». Chez Nestlé, on se défend de profiter d'une mode : « La nutrition représente les racines du groupe. Nous valorisons mieux ce que nous faisons déjà depuis longtemps. »
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1671

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA