Neuf offres pour le rachat de Yoplait

|

Parmi les candidats à la reprise des 50 % de Yoplait, le chinois Bright Food a fait la meilleure offre. En attendant un second tour d'enchères, fin février.

Les candidats

 

PAI Partners et Sodiaal ont confirmé le dépôt de 9 offres de rachat pour les 50 % de Yoplait mis en vente. Les candidats sont les français Bel et Lactalis, le suisse Nestlé, l'américain General Mills, le mexicain Lala, le chinois Bright Food, ainsi que les trois fonds Lion Capital, Axa Private Equity et Bain Capital.

Des neufs candidats déclarés au rachat des 50 % de Yoplait (codétenu par Sodiaal et le fonds PAI, qui vend ses parts), c'est le chinois Bright Food qui est pour l'instant le mieux-disant. Selon nos informations, son offre valoriserait la totalité de Yoplait, à 1,75 milliard d'euros exactement. « À ce tarif-là, en termes de multiples d'acquisition, nous ne sommes même pas dans les clous sachant que l'Ebitda de Yoplait est de 137 millions d'euros », souligne une source très proche du dossier. Compte tenu des dernières acquisitions réalisées dans le secteur, cet observateur évalue la valeur globale de Yoplait à 2 milliards d'euros, ce qui porte les 50 % détenus par le fonds à environ 1 milliard.

Une short-list de quatre prétendants pour un nouveau tour d'enchères devrait être établie d'ici à fin février, pour une cession fin mars début avril. « Le meilleur repreneur sera celui qui satisfera le mieux à l'ensemble du deal. À savoir de la valorisation pour PAI, et la possibilité de faire croître Yoplait au niveau mondial », poursuit cette source. Lactalis (qui avait déjà déposé une offre mi-novembre) et le groupe Bel seraient ainsi désavantagés face à des multinationales concurrentes, comme Nestlé ou General Mills.

L'État surveillerait le dossier, et pourrait appuyer un candidat via le Fonds stratégique d'investissement, mais guère plus. « L'État ne peut rien faire dans ce dossier. Tout juste essayer d'influencer les discussions », affirme notre informateur. La décision finale reviendra à PAI, même si, « contractuellement, Sodiaal aura son mot à dire », déclare-t-on au sein de la coopérative.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2169

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA