Nokia, symbole d'une industrie du HIGH-TECH dépassé

|
Stephen Elop, PDG de nokia, devient vice-président en charge des mobiles et des tablettes chez microsoft.
Stephen Elop, PDG de nokia, devient vice-président en charge des mobiles et des tablettes chez microsoft.

Dans l'électronique grand public, il faut l'avouer, l'Europe fait office de parent pauvre. L'Amérique a ses mastodontes (Apple, Microsoft, Google...), l'Asie est devenue la manufacture mondiale de l'électronique (Lenovo, Asus, Acer, Sony, Samsung, LG...), l'Europe, depuis la cession de l'activité télé par Philips, n'avait plus que... Nokia. C'est terminé. Avec le rachat pour 5,4 Mrds € de l'ex-numéro un mondial du téléphone mobile par Microsoft, le Vieux Continent ne produira ni ne concevra plus de produits high-tech de grande consommation.

Et pourtant, il y a six ans, le finlandais était sur le toit du monde avec près de 40% du marché mondial du mobile, sa large gamme couvrant tous les segments. Mais, depuis, le constructeur a multiplié les ratés : sous-estimant le tactile, n'anticipant pas le smartphone, s'arc-boutant sur son système d'exploitation vieillissant Symbian quand la concurrence passait sous Android. Avant de se réveiller en 2011 en passant un accord avec Microsoft pour se concentrer sur les Windows Phone. Un mariage qui portera ses fruits (Kantar créditait l'OS de 11% de part de marché en France en juillet, contre 3,6% un an plus tôt). Des fruits néanmoins trop tardifs.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2287

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message