Nous anti-gaspi accélère son déploiement

|

La jeune enseigne de produits à date courte, renforcée par une levée de fonds, souhaite élargir son réseau.Son cofondateur nous explique les chantiers qu’il entend mener sur l’offre, les ouvertures et la vente en ligne.

En 2020, les magasins existants ont connu une hausse des ventes de 15 %.
En 2020, les magasins existants ont connu une hausse des ventes de 15 %.© © Nous Anti-Gaspi
Chiffres
  • 12 M € : le chiffre d’affaires en 2020
  • 8 M € : le montant levé en octobre 2020
  • 13 magasins à ce jour
  • Source : entreprise

    La chaîne de magasins Nous anti-gaspi, qui commercialise surtout des produits sous-valorisés, en fin de DLC (date limite de consommation) ou de DLUO (date limite d’utilisation optimale), voire destinés à la poubelle, a connu une année 2020 en demi-teinte. « Les magasins parisiens ont très bien fonctionné, ceux implantés en Bretagne ont connu des performances moins bonnes », distingue Vincent Justin, un des cofondateurs.

    Pour autant, plusieurs signaux renforcent sa confiance : les magasins existants en 2019 ont connu, en moyenne, une hausse des ventes de 15 %. Et la société a réussi une levée de fonds de 8 millions d’euros. Son actionnaire d’origine, l’entreprise de gestion des invendus Phenix, devient minoritaire au profit de Danone, qui intègre Nous anti-gaspi par son fonds Danone Manifesto Ventures, mais aussi d’Eutopia et Quadia qui entrent au capital sans que la répartition soit précisée. Renforcées par cette entrée d’argent frais et ces actionnaires, les équipes parient sur l’expansion.

    Nous anti-gaspi, avec 12 points de vente à fin 2020, prévoit 10 nouvelles unités en 2021. Le rythme ne devrait pas faiblir, puisque Vincent Justin espère un réseau de 50 magasins d’ici à 2024. Pour cela, il a sélectionné de nouvelles zones de conquête, à savoir Tours et Lille, et mise sur des zones géographiques prioritaires que sont la Bretagne et Paris. Dinard (35) compte ainsi son premier magasin depuis le 24 mars, Fouesnant (29) sera la prochaine ouverture côtière. Aux deux unités parisiennes s’en ajouteront bientôt deux autres, dont le plus grand magasin du réseau, prévu rue d’Amsterdam, dans le 9e arrondissement, le 21 avril. Un autre local ouvrira ses portes à Montreuil (93) dans le courant de l’année, toujours sous contrat d’affiliation. La capitale se prête bien, aussi, aux tests sur la Toile.

    Un débouché auquel l’enseigne réfléchit . « Le web est pertinent pour nous s’il s’inscrit dans un modèle hybride, car le frais en ligne est trop complexe à gérer », indique Vincent Justin. Il souhaiterait donc ouvrir des locaux plus petits dédiés aux produits rapidement périssables, alors que les produits secs seraient, eux, achetés en ligne par les consommateurs. Ce projet devrait voir le jour en fin d’année.

    Un début de marque propre

    Dernière strate pour optimiser sa logistique, qui se compose d’une centrale d’achats à Rennes et de deux entrepôts à Rungis et à Vannes, la construction d’une offre de produits en propre. Reconnaissable avec une étiquette couleur kraft et le logo de l’arbre qui habille l’enseigne, la marque propose déjà du vin et du miel et une quarantaine de références compléteront la gamme. Une stratégie façon Gueules cassées, « mais nous octroyons bien plus de liberté à nos fournisseurs, pense Vincent Justin. L’idée est de réduire le gaspillage, ou les produits sous-valorisés, des industriels ». Il s’agit aussi d’assurer la régularité de produits sous tension. C’est là tout le dilemme de ces magasins : pérenniser une offre minimale en rayons afin de satisfaire la clientèle alors que le principe même de leur fonctionnement repose sur l’incertitude des volumes et des produits.

    Les projets de l’enseigne
    • L’ouverture de 10 magasins en 2021, pour un parc de 50 unités en 2024.
    • L’arrivée d’une marque de produits Nous anti-gaspi, qui sera bientôt composée d’une quarantaine de références, sous réserve de volumes disponibles.
    • Un modèle hybride de vente en ligne pour les produits secs et de vente physique pour les produits frais devrait voir le jour en fin d’année à Paris.

     

    Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

    Toutes les actus de la consommation et de la distribution

    je m’inscris à la newsletter

    Article extrait
    du magazine N° 2646

    Couverture magasine

    Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous