Nous tenons à pérenniser nos usines françaises : François Pierrot, vice-président Europe du Sud, en charge du développement chez le verrier O-I

|

INTERVIEWINTERVIEW Le numéro un mondial du verre d'emballage pour l'alimentaire investit 140 millions d'euros en Europe, dont 40 millions dans cinq de ses neuf usines françaises.

LSA - Pourquoi accélérez-vous aujourd'hui le rythme de vos investissements (40 M € en France) alors que le contexte est plutôt morose ?

François Pierrot - Certes, le climat est morose, mais la France est quatrième au classement mondial des pays exportateurs de produits alimentaires. En Chine, une bouteille de vin sur deux vient de France, et les perspectives d'avenir sont bonnes. C'est pourquoi nous sommes confiants dans les marchés et continuons d'investir pour moderniser et pérenniser nos usines. Nous sommes également confiants dans l'avenir du verre, un matériau plébiscité par les consommateurs, qui protège totalement le contenu et se recycle à l'infini. Nous avons neuf sites de production dans l'Hexagone et allons investir dans cinq d'entre eux dès 2013.

 

LSA - En quoi ces investissements consisteront-ils ?

F. P. - Ce seront essentiellement des renouvellements d'équipement, comme à Wingles (62), des augmentations des capacités de production, comme sur notre site dédié aux bouteilles de bière, à Gironcourt (88), et des améliorations du niveau de la qualité, à Veauche (42), spécialisé dans les spiritueux et les petites séries. Le contexte économique nous oblige aussi à faire face aux surcapacités de production. Nous avons ainsi dû arrêter temporairement un des deux fours de Vayre (33) et définitivement l'un des trois fours de Puy-Guillaume (63). Nous sommes, en effet, soumis à une forte agressivité commerciale venant d'Espagne et du Portugal, là où le coût horaire de travail (22 € et 10 € en 2011) est plus bas qu'en France (35 €). Cette concurrence nous contraint à mettre l'accent sur nos services pour accompagner au mieux nos clients. Par exemple, nous les recevons sur nos sites pour expliquer les spécificités du marché chinois. C'est important pour les petits viticulteurs.

O-I en bref

  • O-I pour Owens - Illinois est le groupe américain qui a repris, en 2004, le verrier BSN et, en 2011, le site de fabrication de bouteilles installé au coeur de l'usine Perrier, à Vergèze (30).
  • 81 sites, dont 9 en France
  • 24 000 salariés, dont 2 000 en France
  • 7,4 Mrds. Le CA global en 2011
    Source : O-I

 

 

LSA - Mais O-I a des usines en Espagne...

F.P. - Oui, notamment à Barcelone pour le marché du cava, le vin effervescent espagnol. Il nous arrive d'expédier des produits verriers de ce site vers la France, uniquement pour des dépannages.

 

LSA - Quelle est votre stratégie en matière de développement durable ?

F. P. - Nos usines sont implantées près de nos clients, comme à Vayres, en plein coeur du vignoble bordelais. Nos bouteilles parcourent en moyenne 300 kilomètres, ce qui est plus « durable » que de faire venir des produits verriers de pays tiers. Nous avons également un plan pour diviser par deux notre consommation d'énergie d'ici à cinq ans. Nous poursuivons, par ailleurs, nos recherches sur la réduction du poids des bouteilles. Nous disposons déjà d'une bouteille légère, Optima, qui pèse 290 grammes, contre 900 grammes pour les bouteilles les plus lourdes. La réduction du poids est un travail long que nous menons avec nos principaux clients pour mesurer sa pertinence sur l'ensemble de la supply chain.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1HSB2013

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations