Nouvelle rencontre pour l'accord du 17 juin à la DGCCRF

La mise en application - difficile - de l'accord du 17juin a fait l'objet d'une nouvelle rencontre avec le directeur de la DGCCRF à Paris.

« Pas de commentaires ». La DGCCRF reste muette sur le contenu des pourparlers qui ont réuni, ce matin, son directeur, Guillaume Cerruti, et des représentants des distributeurs et des industriels. Selon de bonnes sources, l'accord Sarkozy serait finalement appliqué - au mieux - à minima. Si les industriels maintiennent ou baissent leurs prix, la distribution accepterait la baisse d'un point de la coopération commerciale comme prévu. Dans le cas contraire, à savoir des hausses de tarifs, les enseignes reviendront à des négociations classiques, délaissant dans l'accord du 17 juin le principe d'une hausse modérée contre la baisse de la coopération commerciale. En réalité, il était déjà acquis que l'accord Sarkozy serait très difficile à appliquer. Les positions tant des industriels que des distributeurs se sont lézardées sur le sujet. Côté industriels, l'Ilec s'est récemment offusquée de la répartition inégale de l'effort de baisse des prix, tandis que l'Ania tente de sauver l'accord en multipliant les rencontres. Côté distributeurs, la FCD est sortie affaiblie du débat sur la loi Galland après la démission de Système U et la création du nouveau pôle des indépendants constitué avec Leclerc et Intermarché. La DGCCRF rechercherait toutefois un accord de toutes les parties avant la fin de la semaine.

Sylvain Aubril

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter