[NRF18] Thierry Lernon (But) : "Pourquoi je vais au Retail’s Big Show"

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Mi-janvier, la distribution mondiale se retrouvera à New York pour sa piqûre annuelle d’innovation. Plusieurs centaines de Français feront le déplacement. Pour le DG e-commerce et cross-canal de But, c'est l'occasion de trouver des outils digitaux pour les magasins et de voir comment ses homologues américains font face à Amazon.

Thierry Lernon, directeur général e-commerce, CRM et cross-canal de But
Thierry Lernon, directeur général e-commerce, CRM et cross-canal de But© BUT
Pourquoi allez-vous au Retail's Big Show, qu’organise mi-janvier à New York la National Retail Federation ?
Y sont présents tous les bons partenaires techniques européens et américains, et une partie des bons acteurs de la retailtech française et européenne. On trouve donc toujours deux ou trois très bonnes start-up qu’on ne connaissait pas ou qu’on n’avait pas encore rencontrées.
C’est également l’occasion de se frotter aux autres distributeurs français, de la même façon qu’à E-Commerce One-to-One ou à la Paris Retail Week. D’autant qu’à la NRF, on voit aussi les DG des gros retailers, qui se rendent moins dans les salons spécialisés. On croise donc les états-majors, les gens en charge de la stratégie.
Enfin, c’est aux Etats-Unis que beaucoup d’innovations retail, points de vente et logistique voient le jour. A ce titre, les store tours qui permettent de visiter les magasins innovants de New York sont toujours intéressants. La vitalité US en termes de nouveaux concepts est telle que chaque année, on trouve de nouvelles façons de faire du commerce.
 
Qu’avez-vous retiré des précédentes éditions ?
D’abord des choses très concrètes en matière de digital en magasin, en particulier des outils pour les vendeurs et des solutions d’extension de gamme. Voir en vrai comment se déroule l’interaction entre les vendeurs et les clients est très éclairant. Je pense par exemple aux boutiques de True Religion dans l'habillement ou de Design Within Reach dans la déco. Même chose pour les showrooms sans stock qui concentrent le staff magasin sur le conseil au client avec de la livraison rapide, comme le chausseur M.Gemi.
De plus, on gagne beaucoup à être loin de Paris pendant trois jours pour rencontrer des gens et découvrir des solutions du matin au soir. On ne le fait pas assez pendant l’année. Tout cela dans une ambiance décontractée et une ville très ramassée qui permet de faire beaucoup de choses en une journée.
 
Qu’attendez-vous de l’édition 2018 ?
Cette année je ne cherche pas de solution pour un besoin précis. En revanche, j’y vais avec beaucoup de questions sur les DMP et les usages précis qu’on peut en faire. Et je vais continuer à regarder les outils vendeurs et d’extension de gamme, ainsi bien sûr que les nouveaux concepts de magasins.
Par ailleurs, de plus en plus, nous y allons à plusieurs pour nous acculturer et réagir en tant qu’équipe. Cette fois-ci, j’y vais donc avec notre directrice des projets cross-canaux et notre directeur technique.
Enfin, nous en profitons pour voir les acteurs américains de notre secteur, les Restoration Hardware, Pottery Barn, Crate & Barrel, Williams Sonoma… Ils sont de plus en plus chahutés par Amazon, qui vient en outre de lancer deux marques propres de meubles et va attaquer très fort, ainsi que par Wayfair, un pure player né il y a 12 ans dont le chiffre d’affaires avoisine maintenant les 4,5 milliards de dollars et qui perd peu d’argent. Pour voir comment les distributeurs réagissent, nous allons voir leurs magasins et les croisons lorsqu’ils donnent des keynotes sur le salon.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA