Objectif web

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
176978997
176978997© © Thinkstock

La viande achetée sur internet ?

Une vision à des années-lumière de notre quotidien pour certains, une rêverie de geek pour d’autres. Car si tout se vend en ligne, l’alimentaire reste un parent pauvre de ce commerce.

 

La réticence des consommateurs se comprend aisément : ces produits frais sont fragiles et périssables. Les clients les plus téméraires l’achètent en libre-service, en prenant bien soin de scruter les morceaux à travers le film protecteur pour s’assurer de leur fraîcheur, les autres préfèrent se rendre dans les stands traditionnels ou les boucheries artisanales pour bénéficier de l’avis d’un expert. Les distributeurs tirent aussi la couverture à eux pour capter ses ventes. Ils brandissent de nouveaux concepts, multiplient les annonces grandiloquentes sur le nombre de bouchers à recruter… Et avancent timidement une offre alternative sur internet avec le drive. Au total, ces derniers, ajoutés aux pure players, captent 10% des foyers acheteurs de viande, selon le panéliste Kantar Worldpanel.

 

Mais internet pourrait bien prendre sa revanche. Car « Madame Michu » a beau vouloir être rassurée, elle ne l’est parfois plus vraiment lorsqu’il s’agit de se rendre au rayon boucherie. L’affaire de la viande de cheval étiquetée comme du bœuf et les récents problèmes sanitaires autour du porc ont ébranlé la confiance des clients. Et ça, les sites l’ont bien compris : « Les scandales dans la viande jouent en notre faveur », sourit Christophe Menoret, fondateur du site Terre de viande. Ces sites de niche ont, en effet, trouvé la parade qui fait mouche, ils proposent une offre en circuit court, livrée à domicile, garantissant ainsi une traçabilité sans faille. Ici en l’occurrence, tout vient de Vendée, et le nom de l’éleveur est mentionné sur chaque produit.

 

Ce circuit de viandes, s’il reste encore marginal, constitue une solution alternative à la grande distribution qu’il convient d’examiner de près. Sa réactivité, son offre mieux valorisée et davantage premium, ainsi que son riche assortiment, pourraient faire pâlir plus d’un distributeur… Et risquent bien d’en faire, à terme, un rival féroce.

Julie Delvallée

 

Les tendances

  • Tendreté : Les consommateurs la plébiscitent de plus en plus, les industriels multiplient les innovations en ce sens.
  • Élaborés : C’est la catégorie qui fonctionne le mieux dans les linéaires viandes. Un moyen efficace pour renouveler – et moderniser – l’offre.
  • Connecté : L’offre de viande en ligne se structure, LSA vous propose un état des lieux des stratégies de ces sites marchands.

(p. 48)

 

Toujours morose

Les volumes de viandes poursuivent toujours leur érosion. À noter : les élaborés affichent de belles progressions, et le porc, source de protéines peu coûteuse, regagne aussi du terrain.

 

- 0,7 % L’évolution en volume du total viandesde boucherie fraîches

+ 0,7 % L’évolution en valeur du total viandesde boucherie fraîches

Données en CAM arrêté au 15 juin 2014, Source : Kantar Worldpanel

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2338

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA