Ocado envisage de s’étendre à la mode et à l'équipement de la maison

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Pour rentabiliser ses lourds investissements logistiques et IT, le cybermarché britannique a annoncé au marché qu'il envisageait de développer son e-commerce non-alimentaire.

Le supermarché en ligne britannique Ocado lorgne d'autres verticales.
Le supermarché en ligne britannique Ocado lorgne d'autres verticales.© Ocado

Le supermarché en ligne britannique Ocado est connu en France pour avoir développé une technologie et un savoir-faire logistique et IT si poussés qu’il a convaincu Monoprix de lui sous-traiter les opérations de son e-commerce alimentaire, puis le retailer américain Kroger. Après des années passées à prospecter les distributeurs physiques qui le percevaient comme un concurrent potentiel, il a de quoi se réjouir que son activité BtoB décolle bientôt : son cours de bourse, qui n’en pouvait plus d’attendre ces signatures, a bondi de 250% en un an grâce à ces partenariats. Avec une capitalisation dépassant 7,4 milliards de livres, Ocado vaut actuellement plus que Morrisons ou Marks&Spencer.

Sauf que ses investissements, en particulier dans ses centres de distribution britanniques et dans sa plateforme logicielle, vont passer de 160 millions de livres en 2017 à 210 millions en 2018 et dégrader d’autant ses profits. Lors de la présentation de ses résultats trimestriels aux analystes financiers, son fondateur Tim Steiner a indiqué que l’entrepôt ultra-automatisé qu’Ocado vient de mettre en service à Erith, dans le sud de Londres, est capable d’absorber pour 200 millions de livres par an de ventes de produits non alimentaires, en plus de son activité alimentaire. Et d’ajouter, comme le rapporte le Guardian : « Nous devons non seulement nous focaliser sur ce que nous devons faire aujourd’hui mais aussi nous assurer que nous innovons pour le futur. Le marché alimentaire est important, mais nous explorons également d’autres domaines où nos compétences sont tout aussi utiles. »

Ocado opère déjà trois autres sites marchands que son cybermarché éponyme : le site de petfood Fetch, le site d’arts de la table et de cuisine Sizzle, ainsi que l’e-boutique de produits de beauté Fabled en partenariat avec Marie-Claire.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA