Occitanie : le ciel, le soleil et la mer !

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
Occitanie : le ciel, le soleil et la mer !

La montagne et les plages ! L’Occitanie joue les associations complémentaires : « Du côté Midi-Pyrénées, une forte spécialisation dans les produits laitiers et carnés, tandis qu’en Languedoc-Roussillon, la viticulture, les produits de la mer et les fruits et légumes priment », explique Vincent de Lagarde, directeur général de l’Association régionale des industries alimentaires (Aria) Midi-Pyrénées. Son homologue pour le Languedoc-Roussillon confirme : « Ici, l’agroalimentaire est le premier secteur industriel. La viticulture représente, à elle seule, 35 % du chiffre d’affaires du secteur, devant la culture de l’olive, les produits de la mer et le maraîchage », précise Serge Garcia, délégué général de Languedoc-Roussillon Industries Agroalimentaires. Autant de secteurs plutôt épargnés par la morosité économique, préservés aussi par la structure de l’économie locale : 80 % des entreprises ont moins d’une vingtaine de salariés, avec une forte proportion d’affaires familiales. « Et beaucoup d’entre elles présentent une vraie différenciation, soit dans le produit lui-même, soit dans ses processus de fabrication », observe Vincent de Lagarde.

Original et complémentaire

Ce souci de différenciation se retrouve ainsi chez Leem.co, start-up de l’agroalimentaire. « Alors que nos concurrents se battent sur le moelleux au chocolat, nous sommes arrivés avec des kits pour préparer des cornes de gazelle, rochers coco ou alfajores, et avons multiplié les animations en magasins », expose Mohamed Benabdallah, cofondateur de la marque Pâtisseries du Monde. Même démarche différenciée pour la jeune société viticole Domaines Pierre Chavin, à Béziers, spécialisée dans le vin sans alcool, avec sa marque Pierre Zéro, qui vise les femmes enceintes et allaitantes, mais aussi les personnes ne pouvant consommer d’alcool pour des raisons médicales, religieuses… « Nous avons travaillé sur l’originalité de notre concept, en nous inspirant de la haute couture et de l’aura du “made in France”, avec un marketing poussé, aussi bien sur le contenu que sur le contenant », se souvient Mathilde Boulachin, cofondatrice. Leur premier client ? Le japonais Sanrio, pour lequel l’entreprise biterroise a concocté un mousseux sans alcool à l’effigie de la célèbre Hello Kitty.

Six ans après son démarrage, l’export constitue 95 % du chiffre d’affaires de Domaines Pierre Chavin, qui commence seulement à se lancer en France, avec une première présence au Sial d’octobre prochain pour sa nouvelle ligne à la stevia : sans alcool et faible en calories !

Alimentation saine également chez Il était un fruit, et ses assortiments déshydratés, nés de la volonté d’une jeune maman de faire manger davantage de fruits à ses enfants. « Nos snacks sains Croc’tou et Hop’un fruit sont fabriqués à partir de fruits déclassés », souligne Laure Vidal, sa fondatrice. Bon pour la santé, l’environnement et les maraîchers de la région… L’éditeur de jeux Bioviva, lui, initie les enfants au respect de la planète depuis vingt ans, avec sa gamme Défi Nature. « Nous sommes aussi l’un des rares fabricants de jeux à disposer du label Origine France Garantie », ajoute Jean-Thierry Winstel, son fondateur.

Foisonnement créatif

Chez Medithau, l’élevage des huîtres s’appuie sur un processus exclusif, reproduisant le rythme des marées en plein bassin de Thau ! « L’étang est très riche et les huîtres élevées en eau profonde grossissent trop vite. Notre système de “marée solaire” permet de les sortir régulièrement, comme les coquillages sauvages d’Atlantique, pour une meilleure qualité », détaille Florent Tarbouriech, directeur de Medithau. Le tout fonctionne à l’énergie solaire et éolienne pour une huître « éco-friendly ».

Méthodes innovantes également chez Poult, l’un des leaders des biscuits sous MDD, récemment distingué pour son biscuit connecté, mis au point avec d’autres partenaires, dont la clinique Pasteur de Toulouse. « Depuis dix ans, nous avons revu l’organisation du travail en cassant les silos fonctionnels en interne, et en favorisant l’innovation et les partenariats avec des écoles, des start-up, des spécialistes de l’impression 3D ou de la culture des algues. Ce foisonnement créatif peut paraître chaotique, mais c’est grâce à l’innovation et à l’open innovation que nous trouverons les succès de demain », conclut Camille Panassié, responsable de l’innovation du groupe.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2429

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA