Officiel, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon quittent le gouvernement

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

C’est officiel : Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filipetti ne seront pas reconduits dans le nouveau gouvernement que Manuel Valls est chargé de former. Le ministre de l’Economie n’aura fait qu’un passage éclair à son poste.

Arnaud Montebourg critique la politique d'austérité
Arnaud Montebourg critique la politique d'austérité

 

Moins de cinq mois, c’est le temps que le ministre de l’Economie aura tenu à son poste, succédant pour partie à Pierre Moscovici dans le premier gouvernement de Manuel Valls. Le ministre a tenu une conférence de presse à Bercy : « c 'est donc avec la fierté du devoir accompli (...) que j'ai indiqué cet après-midi à monsieur le Premier ministre que s'il jugeait que je me trompais, que je croyais nécessaire de reprendre ma liberté comme il accepté de me la rendre".

Il avait auparavant fustigé la politique d’austérité du gouvernement. "Aujourd'hui, le monde entier nous presse, nous supplie même de faire cesser ces politiques d'austérité absurdes qui continuent d'enfoncer la zone euro, d’entrer bientôt dans la déflation. Les politiques d'austérité ne marchent pas et en plus d'être inefficaces, elles sont injustes »

Le ministre de l’Education nationale, ex- ministre de la Consommation, Benoît Hamon, ne sera pas présent non plus dans le futur gouvernement. Il était présent aux côtés d’Arnaud Montebourg ce week-end, à pourfendre lui aussi la politique suivie. Il s’était également déclaré proche des députés frondeurs qui avaient refusé de voter les lois de finances, ainsi que le pacte de responsabilité et de solidarité qui constitue la feuille de route du gouvernement pour trois ans. La rentrée scolaire se fera donc sans lui.

La ministre de la Culture, Aurélie Filipetti, a également envoyé une lettre au président de la République et au Premier ministre pour leur faire savoir qu’elle ne souhaitait pas être reconduite à son poste. D’autres ministres, comme Christine Taubira, pourraient choisir de renoncer à leur ministère. Parmi les entrants, en revanche, la presse évoque des députés verts, notamment Jean-Vincent Placé, qui ne pourrait être ministre qu’à titre personnel, les Verts ne souhaitant pas participer au gouvernement. On évoque aussi l’arrivée d’Alain Rousset, président de la région Aquitaine, Gérard Collomb, le maire de Lyon, ou encore André Vallini, à la Justice. Lors du dernier remaniement ministériel, les nominations s’étaient faites en deux temps : d’abord les ministres, puis une semaine plus tard les secrétaires d’Etat.

Dans l’ordre protocolaire, Laurent Fabius était en tête, devant Ségolène Royal, puis Benoît Hamon, Christine Taubira, Michel Sapin et Arnaud Montebourg. Sur ces six ministres, trois vont donc quitter le gouvernement. Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture et de l’agroalimentaire et porte-parole du gouvernement, se situait au 14e rang sur 16. Proche de François Hollande, il pourrait grimper dans la hiérarchie et reprendre, par exemple, le poste de Benoît Hamon à l’éducation nationale. Lors du précédent remaniement, on l’avait donné partant de l’Agriculture…

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA