Services & Livraison

[On a testé] Les livraisons alimentaires express à Paris

|

À pied, en camionnette ou à bicyclette, la livraison express des courses en ligne fait cogiter la distribution. Une nouvelle bataille de Paris pour les enseignes alimentaires. LSA a donc décidé de tester les services et les promesses des uns et des autres.

LIVRAISON EN 1H DISTRIBUTEURS
LIVRAISON EN 1H DISTRIBUTEURS© photos : Laetitia Duarte

Est-il vraiment possible de se faire livrer sa commande de courses alimentaires (passée en ligne ou sur son smartphone) en une heure ? La question mérite d’être posée, tant les initiatives fusent depuis plusieurs mois. Amazon Prime Now, Livraison Express Carrefour, Cdiscount Express promettent d’apporter le panier de courses directement chez vous à Paris. Ce modèle de commande en ligne (via un ordinateur ou une application smartphone) peut sembler attractif mais le défi à résoudre est de taille en termes d’offre disponible, souvent très réduite, de prix, et de qualité de service. Certains travaillent avec un départ des produits depuis un entrepôt, d’autres s’appuient sur un réseau de magasins physiques, avec une commande via une plate-forme web, et une livraison effectuée par un prestataire. On recense aussi l’existence de jeunes pousses plus modestes comme Epicery (mise à disposition des produits des artisans et commerçants indépendants du quartier) ou La Belle Vie, qui livre en une heure plus de 2 600 articles, dont du frais. LSA a donc décidé de se mettre dans la peau d’un client parisien, avec un panier de 10 à 15 articles, qui comporte du frais, du sec, voire du surgelé. Quels que soient les rouages de cette mécanique, le seul juge de paix est la satisfaction du client, en bout de chaîne. Et autant le dire, les expériences d’achat sont largement perfectibles, la livraison express en ville est encore en train d’essuyer les plâtres. Auchan Direct, qui promet de livrer en 24 heures, vient d’inaugurer un entrepôt ultramoderne en région parisienne pour abaisser ce délai à 6 heures. Mais en attendant d’en arriver là, LSA a effectué une commande le lundi 7 novembre à 16 h 04. Et au moment de sélectionner le créneau de livraison (un service facturé 8 €), rien n’était disponible avant le 11 novembre à 15 h 30. Soit quatre jours d’attente ! Il y a encore du travail à faire pour certains…

 

 

BILAN

Cette expérimentation à chaud ne permet pas de mettre de notes. Mais le sentiment est globalement mitigé. Entre le temps consacré à effectuer la commande, le choix généralement très limité de produits, et l’absence d’achat d’impulsion, l’expérience est plutôt déroutante. Les engagements de tous les acteurs ont été tenus en termes d’horaires de livraison une fois le créneau déterminé, mais il n’a pas toujours été possible de se faire livrer dans l’heure. La commande en ligne peut être un service d’appoint, mais «l’effet waouh» n’est pas encore là.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message