Opération "Retour vers le futur" pour les centres commerciaux Carrefour

Le groupe Carrefour a confirmé ce matin le projet de création d’une société de centres commerciaux, en parallèle à ses hypermarchés en Europe. Il revient ainsi sur sa stratégie de cession du début des années 2000.

Le projet se traduit par la création d’une société regroupant 172 centres commerciaux
Le projet se traduit par la création d’une société regroupant 172 centres commerciaux

Au total, 127 galeries sont concernées, dont 57 en France, 7 en Italie, 63 en Espagne, et 45 déjà en possession de Carrefour, pour une surface de plus de 800 000 mètres carrés. « Cette opération s’inscrit dans notre stratégie de retour aux fondamentaux, explique Georges Plassat, directeur général du groupe Carrefour. Nous avons saisi l’opportunité du recentrage stratégique de Klépierre sur les grands centres commerciaux, dans le Nord de l’Europe, pour nous porter acquéreur de ces galeries de tailles moyennes. »

Une nouvelle filiale de 172 centres commerciaux

A Antibes ou à Montesson, Carrefour fait le pari qu’il saura mieux les gérer que la foncière. Il a d’ailleurs prévu d’investir 100 millions d’euros par an dans leur rénovation, modernisation et expansion. « Il ne s’agit pas des galeries les moins dynamiques de Klépierre, ce sont celles dont la taille ne concerne plus les spécialistes de très grands centres, se défend Georges Plassat. Ce sont des galeries de bonnes qualités où les hypermarchés ont leur rôle à jouer en tant que pôle d’attraction local. Nous allons assumer un programme de rénovation progressif. Un potentiel de développement a déjà été identifié sur 37 galeries. »

Carrefour a également prévu de « rééquilibrer les formules commerciales », c’est-à-dire passer en revue le portefeuille d’enseignes pour mieux l’adapter à la clientèle des villes moyennes.  Si les directeurs de magasin auront un rôle « d’alerte et de vigie » dans leur choix, le dernier mot reviendra à la société immobilière. Cette nouvelle liberté profitera aussi au développement des drives et de la stratégie e-commerce du groupe.

Reconstituer un écosystème "extrêmement favorable"

Avec ce projet, le distributeur revient sur sa stratégie de vente de ses centres commerciaux dans les années 2000-2002. « Ce projet, c’est un peu Retour vers le futur pour le groupe, a conclu le PDG de Carrefour. Nous reconstituons un écosystème qui lui était extrêmement favorable. C’est un levier de compétitivité interne très fort. Il faut savoir que par le passé les loyers ont augmenté en moyenne de 5 à 6 % par an. »

Pour mémoire, le groupe avait cédé près de 160 galeries marchandes à la foncière au début des années 2000 et Georges Plassat, n’avait jamais caché qu’il regrettait cette décision stratégique.

 

Un patrimoine de près de 3 milliards

Concrétement le nouvelle société regroupera 172 centres commerciaux provenant de l’acquisition auprès de Klépierre de 127 sites en France, en Espagne et en Italie pour une valeur de 2 Md€ (avec un loyer annuel brut d’environ 135 M€)  et de l’apport par carrefour de 45 sites en France pour une valeur de 0,7 Md€ (avec un loyer annuel brut d’environ 45 M€).

La société couvrira 800 000 m² de surfaces commerciales, soit un partimoine à hauteur de 2,7 Md€. Son financement sera assuré pour 1,8 Md€ par fonds propres (42% détenus par Carrefour grâce à l'apport des 45 galeries) et le complément par des investisseurs institutionnels, et à hauteur de 900 M€ par dette. Ses résultats seront mis en équivalence. L’opération reste sujette à l’apporbation des autorités compétentes et devrait se réaliser au cours du S1 2014.

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez tous les quinze jours l’actualité des centres commerciaux et foncières, surfaces commerciales, artères commerçantes et centres-villes.

Ne plus voir ce message