Opinel, le couteau savoyard devenu icône

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Pliable ou non, avec toujours un manche en bois et une main couronnée comme emblème, le couteau Opinel a su se rendre indispensable à tous.

Opinel

Pour couper un morceau de saucisson, ramasser des champignons, tailler un bâton ou dénuder un fil électrique, rien de mieux qu’un couteau Opinel. Pablo Picasso l’a aussi utilisé pour sculpter… Joseph Opinel aurait sans doute été étonné par ce dernier usage. Et, pourtant, son invention est bel et bien devenue un objet « iconique », écoulé à plus de 300 millions d’exemplaires dans 70 pays, prisé aussi bien par les scouts que par les cuisiniers.

Au départ, à la fin du XIXe siècle, forgeron-taillandier de son métier, Joseph Opinel s’amuse à fabriquer des couteaux de poche destinés aux habitants et aux paysans de son village de Savoie, Albiez-le-Vieux. Son invention dépasse son petit cercle, et il se lance dans l’industrialisation à plus grande échelle. La demande étant de plus en plus forte, il décide de monter son propre atelier et conçoit des machines ingénieuses pour fabriquer en série. Sept ans plus tard, Joseph Opinel réalise déjà la série des douze tailles, et voilà que les couteaux sont numérotés de un à douze. Cent vingt-cinq ans plus tard, il en existe toujours une douzaine, avec des lames différentes, chacun dévolu à des tâches diverses. Ainsi, le n° 08 sert à ramasser les cèpes ou les girolles, le n° 10 peut se transformer en tire-bouchon, et le n° 116 permet de couper le pain. La grande force de l’Opinel, c’est qu’il n’a pas vraiment changé depuis plus d’un siècle.

Simplicité et ingéniosité

Le produit reste simple et ingénieux : une lame inoxydable, un manche en bois (à l’origine en merisier, maintenant en hêtre ou en buis, en bubinga ou en olivier), et une bague fixe en acier et son rivet, sur laquelle la lame pivote, une bague de sécurité tournante pour empêcher la lame de se refermer sur la main de l’utilisateur. Cette dernière a été modifiée en 2000 pour pouvoir bloquer la lame en position fermée et éviter une ouverture accidentelle. L’Opinel est reconnaissable grâce à tous ces éléments, mais aussi en raison de la main couronnée qui l’orne, à savoir celle de saint Jean-Baptiste figurant sur les armoiries de Saint-Jean-de-Maurienne, la ville la plus proche d’Albiez-le-Vieux. Joseph Opinel a respecté la tradition imposée par Charles IX aux couteliers d’apposer un emblème sur chacune de leurs fabrications pour en garantir l’origine et la qualité. Depuis, le « french knife », comme l’appellent les Américains, est un objet design présent sur les tables branchées parisiennes, comme Le Perchoir dans le XIe ou Chez Prune dans le Xe. Les pros l’ont aussi adopté. L’école de cuisine Alain Ducasse n’en est-elle pas dotée ?

Toujours aux commandes, les petit-fils et arrière-petit-fils, Maurice et Denis, ont imaginé un Opinel sécateur ou encore un Opinel pour les enfants. Fin novembre, l’usine de Chambéry aura été modernisée et agrandie. Histoire de pouvoir continuer à répondre à la demande, notamment de l’étranger. Près de la moitié (45%) des couteaux Opinel sont exportés.

En dates

  • 1890 : Joseph Opinel imaginele couteau dans son atelierde taillandier
  • 1909 : le créateur dépose « la main couronnée » du duché de Savoie
  • 1955 : Marcel Opinel inventela bague de sécurité (virole tournante), pour bloquer la lame en position ouverteou fermée
  • 1973 : l’usine déménageà Chambéry (73)

En chiffres

  • 4 millions de couteaux vendus chaque année dans 70 pays
  • 18,8 M€ de CA en 2014
  • 100 salariés

Source : Opinel

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2377

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA