Orchestra renonce à fusionner avec l’américain Destination Maternity

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Pour des raisons de réglementation boursière, le spécialiste français de la mode enfantine vient de résilier l’accord de fusion qu’il avait signé en décembre 2016 avec le groupe américain.

Orchestra (ici le magasin Baby Care de Saint-Aunès, Montpellier) renonce à fusionner avec l’américain Destination Maternity
Orchestra (ici le magasin Baby Care de Saint-Aunès, Montpellier) renonce à fusionner avec l’américain Destination Maternity© © Orchestra

La création d’un géant mondial qui devait cibler les futures mamans pour les conserver comme clientes une fois mères de famille n’aura finalement pas lieu. Le groupe montpelliérain Orchestra-Prémaman, spécialiste du textile enfant et des articles de puériculture, et l’américain Destination Maternity, de son côté positionné sur les vêtements de grossesse, viennent d’annoncer qu’ils renonçaient à fusionner, mariage annoncé en décembre 2016 et initialement planifié pour le troisième trimestre 2017.

La raison de ce revirement ? La procédure à engager auprès du gendarme boursier américain, la Securities and Exchange Commission, pour organiser le rachat de l’Américain avec des actions du Français. Orchestra mentionne en particulier « des doutes entourant la possibilité de répondre à ces exigences réglementaires sans démarches ni frais déraisonnables, notamment en matière d'enregistrement et d'introduction des actions Orchestra sur le marché boursier américain, où elles n'ont jamais été cotées ».

Une acquisition devenue trop chère ?

Figurant parmi les leaders européens des produits pour l’enfance, Orchestra est présent dans 40 pays, opère 640 magasins et emploie 2500 salariés. Cependant, le groupe de Pierre Mestre vient de publier des pertes de 33,6 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires en hausse de 8,7% à 608,3 millions d’euros. En un an, son action à la Bourse de Paris a de plus dégringolé de moitié. Il est donc possible que l’acquisition de Destination Maternity se soit in fine révélée trop onéreuse pour ses finances.

Pour sa part, l’Américain affiche un chiffre d’affaires de 500 millions de dollars, compte 4200 salariés et dispose d’un parc de 1230 points de vente aux Etats-Unis, au Canada, à Porto Rico et au Royaume-Uni. Au total, l’entité issue de la fusion, qui devait être détenue à 72% par les actionnaires d’Orchestra et à 28% par ceux de Destination Maternity, aurait donc dépassé 1,1 milliard de dollars de ventes annuelles.

Concentration inéluctable

Adieu, donc, les synergies attendues : 15 à 20 millions de dollars d’économies sur les approvisionnements et l’implantation d’Orchestra outre-Atlantique, le marché de produits pour enfants le plus important et le plus rentable au monde. Entre les taux de natalité en berne et l’essor des plateformes en ligne de produits de seconde main, le marché des vêtements et articles pour enfants et bébés sont en déclin. Le rapprochement des deux groupes a beau échouer pour la deuxième fois, après une première tentative infructueuse en 2015, la concentration dans ce secteur devrait donc se poursuivre.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA