Services & Livraison

Otop, nouveau trublion sur le marché de la pièce auto B to B

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Cette nouvelle franchise B to B de pièces automobile s’est emparée des pratiques de la vente en ligne grand public, couplée à des agences de proximité pour apporter des services. A la clé pour les professionnels, des prix jusqu’à 70% moins cher ert une logistique poussée.

Otop innove sur le secteur de la distribution de la pièce auto B to B en combinant plateforme web et d’un réseau de centres de services locaux.
Otop innove sur le secteur de la distribution de la pièce auto B to B en combinant plateforme web et d’un réseau de centres de services locaux.

Toute la franchise

Toute la franchise

Plus de 1800 concepts éprouvés vous attendent

créez votre entreprise
Otop a affiché ses couleurs pour la première fois sur Franchise Expo, à Paris Porte de Versailles en mars dernier. Ce nouveau concept vend des pièces automobiles en ligne uniquement aux professionnels de la réparation et la distribution se trouve ensuite assurée par une agence de proximité. NewDis France, maison mère d’Otop, raccourcit ainsi la chaîne d’approvisionnement, en zappant les distributeurs, et propose des produits jusqu’à 70% moins cher. « Le projet est né de l’idée simple que le réparateur doit acheter ses pièces automobiles moins chères que les automobilistes, explique Franck Millet, président de NewDis France. Nous sommes repartis d’une page blanche pour imaginer un concept très économique avec un service professionnel : un modèle innovant qui associe le web et le réseau. » 
 
Le dirigeant, bien connu dans le secteur de la pièce auto, a donc mixé les codes de l’e-commerce avec les pratiques en vigueur dans la distribution traditionnelle, à savoir du service à valeur ajoutée. Le mot « disruption » est devenu très galvaudé mais il faut avouer qu’Otop apporte du neuf sur le marché de la pièce auto B to B. Et fait grincer quelques dents… 
 
180 agences en franchise
Concrètement, les produits sont donc vendus sur un site e-commerce, avec un paiement comptant, par carte bancaire ou virement, ou avec une carte de crédit professionnel qui offrira des délais sur le règlement. Les pièces sont ensuite livrées ou récupérables dans une agence aux couleurs du site. « Nous recevons la marchandise de nuit et nous la redistribuons aux garages via les centres de services qui gèrent le dernier kilomètre, indique le dirigeant. Nous avons réalisé une levée de fonds de 8 millions d’euros pour ouvrir quelques centres en propre, mais nous misons sur la franchise pour accélérer notre déploiement. » 
 
Et côté profil, Franck Millet ne cherche pas des spécialistes de la pièce auto mais mise davantage sur des gens « ayant l’esprit de service et de la rigueur ».  Le franchisé, qui sera précisément un concessionnaire avec licence de marque, doit apporter 30% de l’investissement global, à savoir 80 000 à 90 000 euros. L’enveloppe sert pour financer les droits d’entrée de 28 500 euros - une somme assez élevée pour le secteur -, la trésorerie et les travaux pour la mise aux couleurs du bâtiment. « Nous avons fait des économies partout pour favoriser le prix des pièces et faire en sorte que le garagiste achète sa pièce moins cher en ligne que le client final », précise le fondateur d’Otop. Les agences sont donc des comptoirs simples, gérables par une seule personne. En effet, au-delà des tournées, des casiers restent accessibles pour un retrait à tout moment par les professionnels. La porte s’ouvre avec un code à usage unique et des caméras surveillent en permanence le lieu. Ces mêmes casiers peuvent aussi servir pour déposer une référence, dans le cas d’un retour ou d’une garantie.
 
Pour éprouver le concept, 6 centres ont ouvert à Chartes, Orléans, Tours, Massy, Laval et Rouen, avec un entrepôt central opéré par Deret. Les premiers retours se révèlent positifs, «nous n’avons pas autant de nouveaux clients que nous le pensions mais le panier d’achat se révèle trois fois plus élevé que prévus », précise Franck Millet. Des résultats qui devraient permettre de séduire des futurs franchisés, le dirigeant ciblant 181 agences d’ici 2020, dont 30 succursales. Mailler le territoire rapidement est d’ailleurs une obligation pour qu’Otop dépasse le stade du buzz et devienne pérenne.
  
 
Otop en chiffres : 
Apport personnel : entre 25 000 et 35 000 euros
Surface moyenne : 200 m2
Droit d’entrée : 28 500 euros
Redevance : aucune
Investissement global : entre 80 000 et 90 000 euros
Chiffre d’affaires prévisionnel en 3ème année : de 160 000 à 180 000 euros
 
 

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA