Ouverture le dimanche : les professionnels de l'habillement pas convaincus

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Alors que la loi Macron va être examinée à partir du 22 janvier devant l'Assemblée nationale, les lobbys s'agitent en coulisses. A commencer par ceux de l'habillement, qui estiment que douze dimanches, c'est peut-être trop.

Contrairement au bricolage, l'habillement ne réclame pas douze dimanches d'ouverture par an.
Contrairement au bricolage, l'habillement ne réclame pas douze dimanches d'ouverture par an.

La Fédération nationale de l'habillement a fait parvenir aux députés des propositions d'amendements visant à défendre le commerce indépendant de centre-ville. Partant du constat que 13 000 magasins indépendants ont fermé en 2013 dans le secteur de l'habillement, elle se désolidarise du lobby le Conseil de commerce de France qui rassemble 770 000 entreprises et 3,3 millions d'emplois. Point besoin de douze dimanches d'ouverture, comme le préconise la future loi Macron, cinq suffisent. "L'équité entre les commerçants, avec cinq dimanches pour tous et rien que cinq dimanches pour tous dans les zones non concernées par les dérogations doit être respectée pour préserver l'équilibre entre les différentes formes de distribution". Les professionnels de l'habillement trouvent même que la législation en vigueur est largement suffisante, car non exploitée dans toute sa dimension.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA