Oxybul Éveil et Jeux à la croisée des canaux

|

L'enseigne de ïdGroup accélère son développement en cross-canal. Objectif : créer davantage de passerelles entre ses magasins et son site marchand pour accroître le trafic et diversifier les occasions de consommation.

Regagner du trafic. C'est le credo de Nathalie Mesny, directrice générale d'Oxybul Éveil et Jeux : « Lors du rachat de l'enseigne par ïdGroup fin 2010, nous avons perdu la moitié de notre trafic à cause de notre changement de nom. Nous sommes en pleine phase de reconquête." Pour cela, l'enseigne a mis au point un plan de reconquête ambitieux. Objectif : multiplier les occasions d'attirer les consommateurs, dans le monde réel et dans le domaine virtuel.

Premier chantier : développer l'attractivité des 40 points de vente du groupe en France. "Auparavant, l'implantation des magasins n'était changée que deux fois par an, contre quatre fois désormais, afin de les rendre plus sensoriels et plus orientés vers la captation de trafic », expose la directrice générale.

  • - 130 M € Le chiffre d'affaires d'Oxybul Éveil et Jeux en 2012
  • 44 magasins en France (dont 6 magasins ïdKids regroupant les produits de l'enseigne, mais aussi d'autres marques du groupe, dont Okaïdi, Jacadi...)

Source : Oxybul Éveil et Jeux

De même, la fréquence de changement des vitrines a été doublée, et les magasins accueillent des podiums, modifiés toutes les semaines, présentant des produits aidant les parents à résoudre leurs problèmes quotidiens, comme la gestion de la séparation, thème d'actualité pour les plus petits avec la rentrée scolaire, ou le refus d'aller au bain, fréquent après les grandes vacances. Le tout avec une large partie de produits d'impulsion, à moins de 15 €. Ces derniers, dits "de trafic", représentent 30% de l'offre, le plus souvent sortis de leur emballage pour des mises en scènes attrayantes. "Il fallait casser l'impression d'un magasin vendeur de boîtes, tranche Nathalie Mesny. Mais disposer de points de vente attractifs ne suffit pas : il nous fallait aussi capitaliser sur le succès de notre site marchand et favoriser le trafic web to store et store to web."

Retour d'ascenceur

Selon Nathalie Mesny, directrice générale, l’enseigne, après un changement de nom qui lui a été défavorable, est « en phase de reconquête ».

Trois services sont proposés aux clients : la possibilité de naviguer, sur le site, dans l'assortiment d'un magasin particulier, d'y réserver un produit et de venir le chercher, sans frais, dans le point de vente. "En place depuis un an, ces services ont apporté 1% de chiffre d'affaires additionnel, notamment grâce aux conseils de nos vendeurs : lorsqu'un client vient en magasin, il complète son panier qui est, en moyenne, 30% plus élevé que sur internet", calcule Nathalie Mesny. Retour d'ascenseur : pour faire remonter du trafic vers son site, le groupe a déployé des bornes dans ses magasins permettant, notamment, de proposer à la vente des articles encombrants ou lourds, souvent absents des points de vente. "Le client choisit de se faire livrer chez lui ou de venir chercher, sans frais, son produit en magasin. Mieux, il peut désormais le faire pour n'importe quelle commande passée sur notre site", poursuit-elle.

Dernier chantier, développer les partenariats : déjà présente via des corners dans une dizaine de magasins de puériculture Bébé 9, l'enseigne s'implante aussi dans les boutiques des hôpitaux. "Au vu du contexte économique actuel, nous préférons privilégier ce type de partenariats plutôt que d'ouvrir des magasins. D'autant que notre marque doit encore trouver sa rentabilité », conclut la directrice générale. Qui va piano...

LES TROIS AXES POUR CAPTER DU TRAFIC

  • Des magasins plus "sensoriels" L'implantation des points de vente change quatre fois par an au lieu de deux, et les vitrines toutes les deux semaines contre quatre auparavant. Les produits emblématiques sont exposés hors de leur boîte et des podiums présentent des solutions pour aider les parents dans leurs difficultés quotidiennes, comme le refus des enfants d'aller au bain.
  • Une complémentarité accrue entre les magasins et le site Chaque magasin propose une borne permettant aux clients de commander un article sur le site avec la possibilité d'aller ensuite le récupérer, sans frais, dans le point de vente. Sur le site, les internautes peuvent également naviguer dans l'assortiment d'un magasin et réserver des produits.
  • De nouveaux partenaires Oxybul Éveil et Jeux dispose désormais de onze corners chez Bébé 9 et devrait en compter plus d'une vingtaine d'ici à la fin 2013. Depuis juillet, l'enseigne a ouvert des corners dans trois hôpitaux (Necker, Quimper et Caen) et entend poursuivre en 2014.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2288

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous