Paiements sur mobiles : le front anti-Google et PayPal s'élargit chez les distributeurs américains

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

VIDÉO Gap ou Bed Bath & Beyond rejoignent le programme « Merchant customer exchange » (MCX), initié en août par Walmart, Target ou 7-Eleven. Objectif : développer en commun leur propre application de paiement mobile, pour ne pas se faire déposséder de la relation client par Google ou PayPal, qui deviennent de véritables nouveaux intermédiaires dans le commerce.

Le paiement mobile représentera des montants colossaux selon les prévisionnistes.
Le paiement mobile représentera des montants colossaux selon les prévisionnistes.

La grande distribution américaine réagit avec vigueur face au risque de « désintermédiation » avec ses clients, que le développement des systèmes de paiement mobiles et souvent sans contact de Google Wallet et autres PayPal, fait planer. Gap et Bed Bath & Beyond (équipement de la maison) ont notamment annoncé ces jours-ci qu’ils rejoignent le programme « Merchant customer exchange » (MCX), initié en août dernier par les géants Walmart, Target, Best Buy ou 7-Eleven, la chaîne de proximité.

Taille critique

Face à Google, notamment, le MCX vise à atteindre une taille critique de distributeurs pour développer leur propre application de « portefeuille » mobile, sous Android, incluant du paiement avec ou sans contact et, éventuellement, les programmes de fidélité et des coupons dématérialisés. Bref, tout ce qui participe de l’amélioration de l’expérience client en magasin. Le MCX revendique à date 21 membres, incluant des distributeurs, donc, mais aussi des pétroliers  comme Shell ou, encore, des chaînes de restaurants. Le projet ne fait toutefois pas encore l’objet d’un quelconque calendrier.

Google, PayPal ou Square se développent vite en magasins

En attendant, les solutions de paiement intermédiaires se développent à grande vitesse, scindant en deux l'univers de la grande distribution, entre les adeptes de ces nouveaux intermédiaires de paiement et les "résistants". Google Wallet est déjà présent chez 25 distributeurs et pas des moindres, comme les chaînes Macy’s, Toy’r US, Bloomingdale’s, Old Navy, Banana Republic ou Duane Reade. D’autres systèmes de paiement mobiles sont aussi en déploiement aux Etats-Unis, à l’image de Square, qui a été introduit cet été chez Starbuck’s. De son côté, PayPal est installé chez 15 grands distributeurs, comme Abercrombie & Fitch, JC Penney, Home Depot ou Aeropostale.

Le bel avenir du paiement sur mobile

Un tel mouvement de fond s’explique par des prévisions particulièrement enthousiastes concernant les montants prévisionnels de transactions qui devraient transiter par le téléphone mobile. Selon Juniper Research, le paiement mobile devrait atteindre… 1300 milliards de dollars de montants de transactions en 2017 dans le monde. Un business qui sera d'autant moins juteux pour les enseignes, si elles doivent rémunérer de nouveaux tiers comme Google ou PayPal, qui capteraient aussi, au passage, les précieuses données clients.

A découvrir en vidéo :

Voici comment fonctionne Google Wallet :

 

Et les équipes de Google n'économisent pas leurs efforts pour communiquer autour de ce service, dans les magasins équipés :

 

Et voici PayPal en action avec une nouvelle solution incluant le couponing :

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA